Les monts Fansky

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïLes monts Fan (Fansky) - est une région surprenante de beauté, de lacs en montagnes et de pics enneigés, situés au coeur de l’Asie Centrale (sur le territoire du Tadjikistan) à la jonction de deux chaînons Guissar et Zeravchan du Pamir-Alaï,  non loin de l’ancienne et célèbre ville de Samarcande. C’est une contrée montagneuse  unique dont le nom ancien est le Koukhistan (signifiant en farsi «Pays de montagnes»).

Les cols et les gorges pittoresques, les rivières torrentielles, les glaciers centenaires, les lacs magnifiques d’eau émeraude et turquoise,  les bosquets de genièvre, les sommets pointus de montagnes, le climat  doux et stable, l’accès facile en transport sont autant d’aspects qui rendent cette région attractive aux alpinistes, touristes et amateurs de sports extremes.

Geographie

De point de vue administratif  les monts Fan se situent sur le territoire de la province de Sogde (Sughd, dont l’ancien nom est la province de Khodjent, le nom de l’époque soviétique - province de Lénine-abade) de Tadjikistan, dont le centre administratif est la ville de Khodjent.

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïGéographiquement parlant les Fans ne sont rien d’autre qu’un connecteur méridional entre les deux crêtes latitudinales puissantes du massif montagneux de Pamir-Alaï, entre la crête de Zeravchan au Nord et celle de Guissar au Sud. Cet aspect d’isolement influence beaucoup le climat unique et particulier tout comme la singularité du monde animal et végétal le rendant très attrayant pour les voyageurs.

Les monts Fan s’étendent en près de 150 km en longueur. De son apparence, une dépression dessinée par les crêtes tout autour et n’ayant qu’un seul point d’écoulement via la gorge de la rivière  Fan-Daria, creusée dans le chaînon Zeravchan. La plus grande artère fluviale de cette région est la rivière Zeravchan, qui de son étendue (780 km) n’est devancée que par Syr-Daria et Amou-Daria.

Toponymie des sommets et des cols des monts Fan peut être répartie en trois groupes : au premierse rapportent les noms dont la signification reste inconnue, tels Fan-Daria , Fan-Ulla, Ganza, Zinah. Les habitants locaux les considèrent comme étant un héritage d’un peuple ayant vécu ici auparavant. Le second groupe est formé par les noms attribués par les tadjiks et qui ont une traduction aux autres langues, tels Yagnob (eau glacée), Ahbasoy (col de gorge), Artcha-Maïdan (aire de genévriers), Bodkhona (maison des vents), Yakka-Khona (une seule maison), Zindon (prison), Sangui-Safed (pierre blanche) etc. Le troisième groupe est constitué de noms donnés par les voyageurs, les alpinistes et les touristes - pic Energie, mont Dojdemernaya (mesure de pluies), sommet Moskva (Moscou), col Dvoïnoy (Double).

Climat

Contrairement au Tian Shan par exemple, ou au Caucase où rare est une journée, même en été, sans pluie ou la neige, le climat des monts Fan situés beaucoup plus au Sud est plus sec et stable, continental, à pluviométrie modérée (environ 250 mm par an).

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïL’été ici est chaud, presque sans précipitations. Le temps pendant la période de juin au septembre - octobre est bien ensoleillé, doux, sans vent.

L’hiver est assez froid, avec les gelées. Cependant la proximité de la 39ème parallèle, le dénivelé, la situation des cols et des versants, la direction des vents dominants apportent leurs corrections, adoucissent les écarts des températures, partagent la région aux plusieurs zones climatiques aussi bien en vertical qu’horizontal dans le sens Est-Ouest.

Cette répartition en zones verticales se traduit par les hivers cléments, aux dégels fréquents dans les avals de cols,  à l’altitude de 1400 à 1600 m, et les étés chauds mais sans touffeur. Les températures au-dessous de zéro sont constatées en décembre-janvier. A tous les 100 m d’altitude d’ascension la température baisse de 0,6 à 0,7°С et la quantité de précipitations augmente. A 3200 - 3400 m d’altitude les températures ne montent au-dessus de zéro  qu’en période de mai en septembre. Jusqu’à 5500 m d’altitude la période froide prédomine avec les gelées en été allant parfois jusqu’à  -10, -12°С, et baissant à -25, -30°С en hiver, le rayonnement solaire intense fait qu’en jours où le ciel est dégagé les rochers chauffent et la neige recouvrant les versants ensoleillés fond. La zone la plus agréable, à la végétation forestière et  prairiale,  se trouve aux altitudes de 2000 à 2800 m. Les jours d’été le soleil chauffe bien l’air de sorte que les nuits, même aux altitudes de 2500 m, sont relativement douces.

Particularités : les vents d’ouest et sud-ouest venant de l’Afghanistan et du plateau Iranien amènent aux monts Fan les précipitations depuis l’Atlantique. Se heurtant à la barrière naturelle qui est celle de crêtes de Guissar, ces flux d’air atteignent Guissar affaiblis, perdant au cours de route une part considérable d’humidité (jusqu’aux  2000 mm par an) au Guissar et les vallées des rivières Kachka-Daria, Sourkhan-Daria, Kafirnigan et Sorbog. Pour cette raison la chute des précipitations se passe principalement dans la partie sud des monts Fan (les amonts de Sarimata, de Karakoul), la partie sud-ouest (Artcha-Maïdan). Moins de précipitations encore aux lacs Alaoudine et Koulikalon, les cours inférieurs de Pasroud, Fan-Daria et Iskander-Daria se trouvent eux dans la zone aride.

Particularites de la nature

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïLes monts Fan - ce sont les lacs surprenant de beauté, encadrés de sommets couverts de la neige et de glace et de pics de montagnes, le tout concentré d’une manière incroyable sur un territoire relativement petit - dans les limites de quelques heures de marche à pied l’un de l’autre. Une découverte est réservée au voyageur à chaque cambrure de la gorge. Les gradins géants des « barrages » et « remparts » de pierres formés par les moraines et avalanches préhistoriques, bloquent les vallées peu étendues en forme de U dont les bords rocheux verticaux de plusieurs centaines de mètres sont constitués de calcaires et schiste métamorphiques, lissés par les efforts millénaires de l’eau, de la glace et du soleil. Montant de palier en palier, suivant les cambrures des courants torrentiels d’eau transparente au fond des gorges qui viennent se jeter aux lacs sublimes de leur beauté d’eau couleur émeraude ou turquoise qui donnent à leur tour vie aux uniques bosquets de genévriers reliques, ou en observant les oiseaux et les animaux rares dans leur milieu naturel, en contemplant la multitude de vues de sommets et des crêtes offrant au fur et à mesure de progression soit l’une soit l’autre facette, le voyageur sensible à la  magnificence ambiante de la nature s’imprègne avec cette beauté de l’énergie salutaire de la Terre.

Particularités des monts Fan - les fréquentes moraines préhistoriques bordières ou celles de fond, les lacs d’origine glaciaire et les vallées en auge (au profil transversal, dont le fond a une forme circulaire et les bords formés par la glace sont abruptes).

Sommets de monts Fan

Le point culminant des monts Fan est le pic Tchimtarga (5494 m). Plus au sud de Tchimtargase situe le sommet qui  fait partie de la chaîne de Zeravchan - le sommet Energie (5100 m). Le voisin du nord de Tchimtarga  est le sommet  Mirali (5200 m). Aux embranchements nord sont à noter les sommets remarquables - Bodkhona (5300 m) et Tchapdara (5200 m), au sud - les sommets Krasniyé Zori (Dianes Rouges) et Beliy Bars (Blanc Léopard de neiges).

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïDans la partie Est du chaînon de monts Fansky se succèdent, à compter du sommet Energie, les quatre autres à quatre mille mètres - Zméya (Serpent, 4150 m), Fizkultura i Sport (Culture physique et Sport, 4120 m), Gratouleta (4230 m), Tchinal avec embranchement Faguitar (4277 m), Paykhamber (4958 m); à cinq milles mètres - Zamok (Château, 5070 m), pic Tcherny (Noir, 5010 m), Malaya Ganza (Petite Ganza, 5031 m), Bolchaya Ganza (Grande Ganza, 5306 m); à quatre mille mètres - Fan-Oulla, Sarof, Korabliki (Vaisseaux), Zinah, Chomé.

Depuis le sommet - nœud Sarof vers le Nord et le Sud partent les embranchements : au Nord - Tourzoulsky avec les sommets Stoupenka (Gradin, 4200 m), Bachnya (Tour), Patrouche (4040 m) et Tangui, au Sud - un court embranchement avec un sommet à quatre mille mètres - Paltsy (Doigts, 4150 m).

Au chaînon Ouest de Fan se dressent les sommets : Maria (4800 m), Aürondag (4600 m), Sari-Chah (4700 m), Gaznitch (4200 m). Au chaînon de Zeravchan, au sud du sommet Energie se situent les sommets Skalnaya Sténa (Mur Rocheux, 4734 m), Moskva (Moscou, 5200 m), Sakharnaya Golova (Tête de Sucre, près de 5000 m), Pouchnovat (4600 m), plus loin le chaînon tourne à gauche et forme une puissante barrière de rochers et de glace - Doukdona avec les sommets jusqu’à 5000 m.

Glaciers

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïEn période de glaciation tout le creux des monts Fan et du Yagnob étaient rempli de glace. Au fur et à mesure d’adoucissement du climat le massif de glace s’est divisé en plusieurs glaciers, qui descendaient jusqu’au point le plus bas du creux - le col de Fan-Daria. Les traces d’activité de ces glaciers sont visibles par endroits de nos jours. Les glaciers reculaient et les moraines s’accumulaient en créant de lacs étendus. L’eau de fonte s’accumulant dans la dépression de Fan-Daria  agissait d’une manière plus intense sur les calcaires du chaînon Zeravchan que sur le Guissar composé de granit, puis cette eau s’est échappée  vers la vallée de Zeravchan, ayant coupé le chaînon par un canyon étroit. En faisant le calcul de particules solides pondérées dans l’eau de Fan-Daria on peut se rendre compte de la quantité de matériaux emportés pendant des années dans la vallée de Zeravchan. Ce travail de glaciers, rivières et d’autres facteurs, a résulté de l’apparition d’embranchements et crêtes « collatéraux » avec entre eux de profondes gorges.

Les glaciers actuels des monts Fan se trouvent à leur stade de récession et ne sont que l’ombre pale de la glaciation qui recouvrait auparavant presque entièrement telle une carapace les vallées florissantes de nos jours. Actuellement vu l’aridité du climat,  la glaciation n’a plus de telle envergure - près d’une centaine de glaciers descendent depuis les chaînons Guissar et Zeravchan. Cette parure de glace continue à diminuer rapidement, les glaciers se trouvent au stade de recul. On ne peut se faire une idée de leurs dimensions d’avant que selon les moraines bordières et de fond.

Un grand glacier recouvrait tout le creux de Koulikalon, qui représente une énorme moraine de fond en continu. Ce glacier a formé une moraine près de sources de la rivière Artouch. En reculant et en diminuant le glacier s’est divisé en deux courants dont les restes sont visibles sous forme d’un lac morainique Koulikalon et plusieurs courts glaciers dans le mur Koulikalon plus au sud. Le second courant allait de parois du sommet Mirali. Sa moraine finale est visible au-dessus du lac Bibi-Djonat. Ce glacier a laissé après lui les lacs morainiques Duchakha, le court glacier Maria et les glaciers suspendus sous les versants du pic Promejoutochny (Intermédiaire).

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïLa grande glaciation touchait également la dépression de la rivière Tchapdara. Le glacier descendait au-dessous des lacs Alaoudine. Depuis sa moraine bordière, actuellement boisée, s’écoule en cascade la Tchapdara.  En reculant le glacier, au cours de fonte, a eu plusieurs périodes « d’équilibre » pour déposer consécutivement les moraines bordières au-dessus du Grand lac Alaoudine et plus en altitude - sous forme de trois remparts morainiques. L’espace entre les remparts est rempli de dépôts de fond avec les nombreux lacs morainiques, aussi bien existants que desséchés. Au-dessus du deuxième rempart le glacier s’est divisé, une branche était alimentée par les déversements depuis les embranchements de Tchapdara, Bodkhona et Zamok (versants nord). La moraine haute et « fraiche » de couleur jaune du glacier actuel Bodkhona est restée depuis « en souvenir ». De la deuxième branche il reste les glaciers Paykhamber et Zamok. La plus grande branche unissait les glaciers du cirque des lacs Moutniyé (Troubles). La moraine bordière de ce glacier constitue le Troisième rempart. Ce glacier a reculé lui aussi ayant laissé derrière lui une moraine bordière entre le Troisième rempart et les lacs Moutniyé. Actuellement quatre glaciers descendent vers les lacs Moutniyé depuis les versants du col Kaznok et les sommets Energie, Tchimtarga et Mirali. Depuis la crête de Tchimtarga descend un glacier remarquable qui se divise tout en bas en deux langues.

Les lacs des monts Fan

On peut difficilement trouver quelque part sur la planète un autre endroit où parmi les paysages montagneux magnifiques, au pied des sommets blancs entourés de forêts vert émeraude sous le ciel d’un bleu intense seraient égrenés les lacs multicolores, dont l’eau miroiterait allant de vert délicat au mauve foncé.

Les monts Fan sont parsemés de près de 40 lacs de caractère et de taille variés, à l’eau froide limpide provenant des sommets enneigés. Les lacs de Fan se situaient à une époque au soubassement des moraines préhistoriques et plus récentes formées par la fonte et le recul des glaciers. Il n’y a qu’un petit nombre parmi eux (les lacs Biruzovoyé et Akhbacher) qui ont apparu aux creux des versants.

Actuellement la taille de plusieurs lacs a considérablement diminué du fait de la baisse de quantité d’eau qui les alimentent. Certains lacs ont disparu complétement pour ne laisser après eux qu’un creux desséché. Par exemple les fonds secs des lacs Alaoudine plus en altitude. Les actuelles vallées Saritoga et Pasroud ont jadis été des lacs de grande taille.

Assez fréquents sont  au Tadjikistan les systèmes de deux lacs tels que Duchakha, Zierat, Koulikalon, Tchoukourak, Pouchnovat. L’eau du lac supérieur s’écoule dans le lac inférieur et si son niveau baisse - l’écoulement s’arrête et le lac inférieur peut diminuer de taille ou dessécher provisoirement.

Lacs Alaoudine
Ankatad
Le lac Béloyé (Blanc)
Le Grand et le Petit Allo
Duchakha
Zamin-Moulla
Iskanderkoul
Koulikalon
Koulissioh
Tchoukourak

Les rivieres des monts Fan

Toutes les rivières et les cours d’eau des monts Fan et du Yagnob font partie de la rivière Zeravchan. Les courants Vorou et Fan-Daria - les affluents gauches du Zeravchan - sont d’une importance pour l’économie du pays car ils alimentent les oasis de Boukhara et Samarcande.

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-AlaïLorsqu’on étudie le réseau fluvial il faut tenir compte du fait que les tadjiks peuplaient les cols des rivières en allant de l’embouchure aux sources, en attribuant le nom de « courant gauche » - « tchapdara » - à l’affluent droit, puis arrivé à un gros affluent, ils avaient du mal à distinguer le courant principal de l’affluent, voilà pourquoi ils attribuaient les nouveaux noms aux deux cours d’eau. Ainsi de la confluence de Kaznok et Akhbasoy apparut la rivière Arg, de celle d’Arg et de Karakoule - la rivière Saritog. La Fan-Daria perd son nom à la confluence d’Iskander-Daria et de Yagnob, le Zeravchan n’est nommé ainsi que jusqu’à l’endroit de confluence de la Fan-Daria avec le Match. La rivière Kchtoute n’existe que jusqu’au confluent de l’Artoutch et de Vorou, ce dernier perdant son nom à la rencontre de Sarimata et de l’Artcha-Maïdan.

Les rivières des monts Fan prennent leurs sources haut dans la montagne, à près de 3 000 mètres d’altitude. Elles sont généralement alimentées par la fonte des glaciers et des champs de neige, les eaux de pluies n’étant pour elles que d’une importance secondaire. Encore moins participent à l’alimentation des rivières les eaux souterraines et les émergences des eaux à la surface. La température moyenne de l’eau de ces rivières est de 5 à 12°С.

Par rapport à la saison de l’année le niveau varie, mais avec le temps il a une tendance à baisser graduellement. Le pic de débit d’eau est observé au printemps et au début de l’été. Une hausse provisoire du niveau d’eau peut être provoquée par les pluies abondantes. Vers la fin de l’été les rivières, surtout celles alimentées par les neiges éphémères, se dessèchent. En hiver le débit d’eau des rivières montagneuses baisse de façon notable.

Les ruisseaux alimentés par les glaciers, les torrents glaciers connaissent des fluctuations journalières du débit d’eau. L’eau y apparait le matin vers 10 - 11 heures pour disparaitre au coucher du soleil. Les lacs par lesquels ces rivières transitent jouent leur rôle régulateur. En hiver les rivières les plus grosses ne gèlent pas, les plus petites  s’épuisent ou créent des glaçons.  Les poissons sont quasi inexistants la plupart de temps, sinon on n’observe que les espèces de petite taille.

Le réseau des monts Fan appartient à deux bassins de rivières - Fan-Daria et Kchtout-Daria. Le bassin de la Fan-Daria inclut les rivières Pasroud, Yagnob, Iskander-Daria.

Pasroud
Yagnob
Karakoul
Arg
Iskander-Daria
Artcha-Maïdan
Vorou
Artoutch
Kchtout-Daria

Chaque année des centaines de touristes viennent aux bords des rivières torrentielles de Fan pour pratiquer le rafting dans ces eaux rebelles.

Les sports en eau vive sont actuellement l’activité des plus populaires. Les rivières des monts Fan est un endroit merveilleux pour les pratiquer, peu importe le niveau d’expérience des touristes.

Photos:

Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-Alaï Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-Alaï Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-Alaï Les monts Fan (Fansky). Tadjikistan, Pamir-Alaï

voir toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

en haut »»

Les monts Fan est à consulter:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone * 

Telegram  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:

En remplissant ce formulaire, vous autorisez le traitement des données à caractère personnel.



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE