Ichratkhona

Ishratkhona est un exceptionnel monument d`architecture se trouvant au sud-est de la place de Réguistan. Il a été construit en deuxième moitié du 15-e siècle et initialement n`était pas un mausolée. Il existe un grand nombre de légendes liées avec la construction de ce bâtiment. En voilà un.

Un jour le grand Tamerlan se promenait en son cheval fidèle en banlieue de Samarkand. A un moment il s`est avéré dans le jardin inondé dans le parfum piquant des pêchers en fleurs. Et c`est ici qu`il a rencontré une jeune fille d`extrême beauté. Fasciné de son charme Tamerlan sauta du cheval et s`étant agénouillé fit la proposition à la fille. Elle accepta et Tamerlan bien heureux ordonna de construire sur cet endroit l`Ichratkhona ce que signifie «maison de joie, de divertissements».

Mais il y a la suite de cette belle légende. La construction de l`Ichratkhona étant achevée Tamerlan y organisait souvent des festins avec de nombreux invités. Et voilà un jour il était de nouveau à grande table avec ses ministres, chefs militaires et gouverneurs des provinces. Ce jours-ci, son petit-fils, le célébre savant Ulughbek faisait les calculs astronomiques qui ont démontré que c`était le moment de décès du grand-père. Sans trop de réfléxions il s`est mis à cheval et alla à toute bride vers Ichratxona. Ayant atteint le bâtiment il y pénétra à cheval avec du sabre en main et ordonna à haute voix de le vider immédiatement. La présence, Tamerlan à la tête, obéit. A leur étonnement il y eut en ce moment un fort tremblement de terre et une partie de plafond tomba précisement sur l`endroit où s`était mis il y quelques minutes Tamerlan et ses familiers. Enragé au début par impertinence de son petit-fils l`empereur changea son mécontentement par la satisfaction et le remercia pour la sauvegarde de sa vie.
Pourtant, la même légende dit que dorénavant il n`y a jamais eu des travaux d`aménagement dans ce bâtiment. Ultéruerement Ichratkhona devint le sépulcre des femmes et enfants - descendants des timourides, mais comme il n`y avait pas un seul tombeau des descendants de Mahomet l`endroit n`est pas devenu le lieu d`adoration pour les musulmans.

Le bâtiment du mausolée était imposant et luxueux bien que de nos jours ce monument ne se soit pas conservé en toute splendeur, mais d`après les parties intactes même on peut juger de sa beauté d`autrefois. La coupole principale du mausolée tomba en ruines en résultat d`un très fort tremblement de terre en 1897. A part ceci, en 1903 Samarkand a subi encore un assez fort tremblement de terre qui a mis en ruines les galéries de côte à triple baies allant de la salle spatieuse, ainsi qu`une petite coupole bleue sur les arcs intersectés, également détruits avec. Néanmoins il reste les photos et dessins d`après lesquels on peut juger sur les parties du mausolée qui n`existent plus maintenant.

Les parties laterales de façade du mausolée sont élégamment décorées de dessins. La façade même est faite en brique polie et tout l`effet d`élégance se base sur la légèreté et plasticité d`une massive carcasse en arc-voûte. La contemplation détaillée donne l`impression que les travaux de mise de la brique et d`ornement sont réalisés par le même maître-artisan. Tous les murs intérieurs sont peints d`or. Et la précision et l`élégance de l`idée d`architecture de ce monument exceptionnel sont autant frappantes que ses certains détails atypiques parfois pour cet endroit. Les fenêtres hautement installées aux pandjaras à barreaux (grille à dessin en plâtre ou en bois) ou les vitrages colorés en sont exemples.

A regret, durant sa longue histoire, le monument fut soumis maintes fois aux actes de pillage et vendalisme. Et même après la consolidation des positions de la Russie Tsariste à Samarkand et l`arrivée des célébres peintres, historiens ainsi que de simples voyageurs qui confirmaient le caractère unique de l`Ichratkhona, les sacs se poursuivaient avec la même envergure.
En 1939 on commémorait en large le 500-e anniversaire d`Alicher Navoï et canalisa une partie de fonds de festivités vers l`organisation des études du mausolée Ichratkhona. Elles ont démontré qu`à l`époque les briques du premier étage du monument étaient utilisées pour la construction de la partie d`ablution (tahoratkhona) du mausolée de Hodja Abdi Daroun, en plus, on avait couvert le plancher du même mausolée de pièces de marbres arrachées simplement des murs d`Ichratkhona. On avait constaté également que la pièce angulaire du mausolée Ichratxona avait longtemps servi comme atelier de fabrication du vin de raisin. En effet, quelqu`un avait transformé le monument historique Ichratkhona en vraie «maison de joie». Nous voudrons formuler l`espoir que dans les meilleurs délais le monument serait restauré et continuerait à frapper de sa beauté et splendeur et que nos descendants seront en mesure d`admirer le sentiment inhabituel des proportions et du style de nos ancêtres lointains.

Photos:

voir toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

«« précédent en haut »»

D'autres curiosités de Samarcande: Mausolée Ichratkhona est à consulter:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE