Mortier de Bouddha-Zourmala

Au début du II siècle après JC le Kouchan était régné par Kanichka I, le tsar le plus connu du royaume. C’est sous sa sage administration le royaume de Kouchan avait atteint son apogée de développement économique et culturel. Le Quatrième concile bouddhiste fut convoqué grace à Kanichka et le grand penseur Nagardjouna y avait approuvé les bases de Mahayana (bouddhisme avancé suivant le chemin de Boddhisattva) qui bénit non seulement les moines ascètes zélés, mais aussi de simples gens menant une vie dans le cadre des lois et réalisant de bons actes. Et si la doctrine de Gaoutama (grand maître du bouddhisme) était la prérogative excéptionnelement des philosophes et ascètes, alors maintenant, le bouddhisme était devenu compréhensible et accéssible aussi pour la population ordinaire. Bien sûr, grace à ceci le bouddhisme s’est propagé sur de larges territoires d’Asie. Et on commença à construire aux bords des routes de tous ces terriotoires les temples ouverts aussi bien aux négociants que les paysans.

C’est ainsi que l’époque du Royaume Kouchan (I-III ss après JC) nous a donné encore un grand monument de l’héritage culturel - mortier de Zourmala qui se trouve au sud-est des vestiges de l’Ancien Termez, celui-ci étant à 12 km de Termez d’aujourd’hui. Cette tour représente de nos jours une construction de 14 mètres de haut, faite en brique carrée non cuite (33 sm x 33 sm) avec l’image caractéristique pour l’époque kouchane - ligne et deux creux. Les archéologues, ayant étudié le monument ont obtenu un résultat statistique original: 1200000 briques sont utilisées pour construire le mortier de Zourmala!

Les fonctions du mortier de Zourmala étaient, apparemment, les suivantes:
  • Symbole principal du bouddhisme;
  • Moyens de rites bouddhistes (marches autour du mortier);
  • Dépôt des reliques.

Le mortier de Zourmala aux formes sphériques ressemblant au tertre funéraire rappelle aux vivants sur l’existence éphémère et symbolise la parinirvana - la mort de Bouddha et son enterrement. Dans les premières années après la mort de Bouddha les mortiers étaient en quelques sortes des maisons de dieu où on mettait une partie de ses cheveux, morceau de ses vêtements, partie de ses reliques dans une caisse cubique. Cette caisse était mise sur le haut du mortier, on istallait au dessus de la caisse le parasol béni qui au sens figuré protège des maux et souffrances.

Le mortier de Zourmala comprenait le piédestal rectangulaire aux dimensions 22x16 m et «le corp» proprement dit au diamètre 14,5 m. La construction était munie d’un escalier menant à la plateforme du fondement pour les marches rituelles des croyants. On peut observer nettement et le passage de la mise de briques à la conclusion sphérique. Les archéologues ont constaté que le piédestal du mortier était couvert du calcaire de marne, et pour l’ornement on avait utilisé également la brique cuite. On de dispose pas jusqu’à aujourd’hui de renseignements précis était-il, le mortier de Zourmala une construction autonome ou une partie d’un ensemble de temple.

Photos:

voir toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

«« précédent en haut »»

References utiles: D'autres curiosités de Termez:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE