Ensemble Soultan Saodate

 

“Soultan Saodate” signifie en arabe “apanage des séides”. Les séides sont considérés comme les descendants directs du prophète Mahomet. Le clan prend son départ de Khassan-al-Émir, qui était le représentant de la cinqième génération de l’imam Khosseïn - le petit-fils de Mahomet. Soultan Saodate également est le nom du sépulcre familial qui se trouve à 3 km de Termez, sur la rive de la rivière Sourkhan-darya. La tombe du calif apparue au milieu des années 30 du XIII siècle fut le premier mausolée du Soultan Saodate. Plus tard ou en même temps les habitants de l’Ancien Termez détruit de monghols ici même ont construit une ville. Dans les sources historiques cette ville est appelée Madinat ar-Rijal («Ville des hommes illustres»).

L’ensemble Soultan Saodate s’étale de l’ouest à l’est avec sa longueur de 70 m. Le premier sépulcre de l’ensemble comprend deux constructions (mausolée et mosquée), couvertes de coupoles et une véranda-aïvan (vestibule voûté) reliant les deux locaux. Dans les murs latéraux il y a deux entrées: du côté nord - au mausolée, du côté sud - à la mosquée. La façade principale du bâtiment impressionne par la simplicité et la finesse du décor et on s’étonne d’avantage en apercevant qu’elle est réalisée de brique cuite ordinaire: «sapins», figures géométriques, boutons. Tout le long des murs du mausolée ornés de «noeuds de ruban» on rencontre les niches plates. Actuellement tout l’espace du mausolée est pris par les pierres tombales rectangulaires.

La mosquée est aussi devenue le lieu d’enterrement, c’est pourquoi dans les brochures scientifiques elle est appelée parfois « mausolée». Une mosquée - «modeste». Ses murs sont couverts tout simplement de briques et seulement le mihrabe (niche qui indique la direction de la Mecque) est décoré de «noeuds». A l’intérieur de la mosquée on avait découvert les versets gravés du Coran.

Le tympan de la construction est décoré de carreaux octaèdres de maïolique avec l’ornement géométrique, et sur la glaçure il y avait les applications en or. L’archivolt (contour) de l’arc s’appuyaient sur les colonees de trois-quart avec de magnifiques chapiteaux, décorés d’ornements géométriques et végétaux. Les murs du vestibule étaient couverts de peinture faite de couleur noire et rouge (les fragments étaient découverts lors de recherches). Vers le milieu du XXe siècle il ne restait qu’une petite partie de ce décor et aujourd’hui il a disparu entièrement.

On reconstruisait le Soultan Saodate périodiquement. Ainsi, ceci a eu lieu pour la première fois aux XIV-XV ss. - on a restaurée la vue initiale du bâtiment; l’ancien décor devint conforme au style de l’époque; on a gravé l’écriture précieuse pour les chercheurs pour avoir contenu la généalogie des séides de Termez. La restauration suivante a été faite à la fin du XIX siècle par le cheïkh - le conservateur des lieux et descendant des séides. Aujourd’hui aussi on met en oeuvre les travaux de reconstruction.

Deux bâtiments solides en plus furent construits au XIV siècle sur la partie d’ouest du complexe: darvaza-khana (construction près d’entrée) et khanaqa (demeure pour les dervichs) aux bords dont il y avaient les mihrabes. Plus tard, si on juge d’après le nombres de foyers, on s’était usé de khanaqa comme la cuisine. Vers 1978 la khanaqa fut détruite et devint l’enclos pour les bergers.

Dans le mausolée principal de Soultan Saodate on enterrait aussi les restes de plusieurs membres réputés des séides qui avaient quitté leur pays aux différentes époques. Les séides moins réputés trouvaient leur dernier abri dans les mausolées moins grands situés au nord et à l’est du complexe et du premier mausolée s’entre-uni par le vestibule le plan dont ils répétaient.

Jusqu’aux temps relativement récents (années 30 du XXs.) le Soultan Saodate était un lieu de pélérinage actif des musulmans. De jeudi à vendredi on sacrifiait les bêtes, préparaient les plats, lisaient les versets du Coran, visitaient les tombes, allumaient les bougies. Après la démarcation définitive de la frontière entre l’Ouzbékistan et l’Afghanistan, le pélérinage des lieux stoppa presque définitivement.

Photos:

voir toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

«« précédent en haut »»

References utiles: D'autres curiosités de Termez:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE