Site Dalvarzintépé

 

Il n’y a pas de hasard dans ce que Dalvarzintépé soit l’objet de l’attention particulière. Le fait que cet étonnant endroit découvre un grand nombre de secrets du cours historique attire les chercheurs. Celui qui est simplement curieux sera charmé par Dalvarzintépé à cause d’une étonnante trouvaille sur son territoire - du trésor des objets en or pesant 36 kg, comprenant bagues, bracelets, colliers et autres qui parlent sans doute du haut niveau artistique des bijoutiers de l’époque. Les gens avec une base d’esprit spirituel y seront attractés par un temple bouddhiste saint mondialement connu. Les romantiques seront intéressés de la légende sur l’amour et la perfidie.

Dalvarzintépé se trouve dans le district Chourtchi de la région de Sourkhandarya, à 60 km vers le nord de Termez. Les recherches des scientifiques permettent de déterminer l’époque d’épanouissement du site - celle du royaume de Kouchan (I s. av.JC - V-VI ss. Après JC). Ceci est confirmé dans les années 30 du XX s. par L.Albaoum, l’archéologue qui y a découvert lors de fouilles d’anciennes pièces et petits fragments de céramique se rapportant à l’époque de Kouchan. Et l’expédition archéologique en 1959-1960 démontra que Dalvarzintépé avait été en effet dans les temps antiques un centre culturel. L’agriculture à l’irrigation artificielle avait été déjà appliquée en cette époque, s’était formée une civilisation du type urbain ce qui est liée à la fusion de la Baqtrie à l’empire des Achéménides. Dalvarzintépé dans cette période était le centre vital de l’administration locale, aristocratie et détachements militaires chargés de collecte des impôts et maintien de l’ordre dans la ville et à la frontière. Les campagnes militaires d’Alexander de Macédoine ont sérieusement influencé également à l’urbanisation de la ville. Le déclin absolu est lié à la conquête de la ville par les Arabes en rapport avec laquelle en voilà une légende assez intéressante:

Alors, Dalvarzintépé s’épanouissait en couleurs riches sous tous les aspects de vie sous le sage guidage du souverain Dall - un grand sorcier et c’est pourquoi, bien-sûr, un païen. Et il avait sa fille unique, païenne aussi, extrémement belle. Et en cette époque, Ali, le neveu du prophète Mahomet galopait avec son armée le long de la vallée de Sourkhandarya dans l’objectif de convertir des eronnés en islam. Il convertissait en islam des païens de tous les endroits et voilà vient le tour de la ville du chakh Dall - Dalvarzintépé. Mais il y avait sur la route un obstacle - le fossé rempli d’eau et pas de moyen d’y bloquer le débit d’eau. Mais Ali était rusé et perfide. Il avait entendu parler de la belle fille du tsar et organisa en face des fenêtres de la jeune fille le spectacle équilibristique - commença à marcher bravement sur les cordes. «Il n’est pas mal», pensa la jeune princesse et Ali devina que l’affaire était faite. Et voilà, la belle reçcoit la flèche attachée d’une lettre avec des reconnaissances d’amour et promesses de fidélité à mort. Comme la princesse n’avait pas ni l’arc, ni les flèches, elle envéloppa de sa lettre d’amour une grenade et la jeta au jeune homme amoureux. Et c’était parti: flèche - grenade.

Et un jour Ali envoya à sa bien-aimée la question: «Et le fossé? Je suis bien intéressé à l’hydro-mécanique. La réponse n’a pas tardée: «Oh, mon amour. En tel endroit tu trouvera le remous sous lequel l’eau s’infiltre dans les couches souterraines, bloque la et l’eau s’arrêtera de couler. Alors. Vas-tu envoyer les marjeurs?» Le jeune homme s’usa des renseignements et bloqua l’eau. Et il attaqua la ville, mais y trouva que des moutons et chèvres. Ali devina que par la sorcerie le tsar Dall avait transformé les gens aux bêtes et il ordonna de tuer tous les animaux de grande taille. Mais Dall devint un petit chien et se sauva à Ghouzar. Mais la princesse restait telle qu’elle était, car elle n’avait pas voulu de se présenter à la vue de son bien-aimée en mouton ou autre bête. Et la voilà, elle s’est vue dans les bras d’Ali.
«Qu’est-se que c’est que Ghouzar?» demanda Ali.
«Un village entouré de jonc. Il serait bien de le brûler pour que mon faucon y atteigne sans problèmes!» - fut la réponse.

Ali n’a pas attendu longtemps pour s’user du conseil et toute la population fut convertie en islam. Il n’oublia pas de décapiter la princesse, car celle qui avait trahi son propre père trahirait Ali sans doute! Et les gens n’ont pas osé de revenir à Dalvarzintépé et la ville s’est avérée quitée.

Aujourd’hui Dalvarzintépé représente le suivant: au sud Vichgorod - sa partie la plus haute entourée de fossé. On y avait trouvé les fours de potier, un petit temple plein de statuettes de Bouddha, génies, dévates, Bodkhisatvas. Il est à noter que le site Dalvarzintépé est reconnu le plus ancien monument bouddhiste sur le territoire de l’Ouzbékistan. Au nord-est - un cimetière musulman. Au sud-ouest - temple de la déesse baqtrienne.

Les objets d’art découverts lors de fouilles - sculptures, bijoux, peinture, statuettes des musiciens témoignent expressivement de la haute culture des gens de l’autre époque. Ainsi, la fameuse statuette en terre-cuite du musicien fait nous connaître la harpe dans ses mains, qui est l’instrument de «musique céleste».

Photos:

voir toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

«« précédent en haut »»

References utiles: D'autres curiosités de Termez:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE