Mosquée Bibi-Khanoum

 

Une de plus grandioses mosquées de tout le monde musulman, la plus grande mosquée en Asie Centrale, l’immense complexe inspirant la vénération et faisant trembler par sa grandeur - tout ceci est dit sur le monument d’architecture Bibi-Khanoum.

Mosquée Bibi-KhanoumLe nom “Bibi-Khanoum” de la mosquée cathédrale impressionnante qui se présente à la vue de la colline Afrassyab se traduit en lettres comme  “la première princesse” (ou “la première femme”). Bibi-Khanoum s’appellait aussi la mosquée de vendredi de Samarkand - de milliers d’hommes-musulmans y venaient pour accomplir la prière.

Les historiens soutiennent l’opinion que Bibi-Khanoum ait été construite sur l’odre de Tamerlan et ait nommée en l’honneur de sa femme préférée dès son retour de l’Inde où il avait remporté la victoire.

La construction démarra le 4 mai 1399 sur l’endroit choisi par le souverain en personne. Les maîtres et les artisans les plus talentueux de l’époque se mirent au travail. Deux cents tailleurs de pierre des pays conquis oeuvraient dans la construction de la mosquée et encore 500 personnes travaillaient dans les montagnes sur le traitement de la pierre et sa livraison à Samarkand. Pour accélérer le cours de travaux on avait fait venir 99 éléphants de l’Inde. La mosquée fut construite dans le délai record pour l’époque - cinq ans. En septembre 1404 la cour de la mosquée avait la capacité de recevoir 10 mille personnes. Une vue inhabituelle représentaient les coupoles bleues de la mosquée de Bibi-Khanoum que l’on comparîssait avec la beauté des cieux, et l’arc du portail - avec la Voie lactée. Pourtant la construction ne plut pas à Tamerlan. Furuex il ordonna d’arrêter les haut placés ayant encadré la construction.

Mosquée Bibi-KhanoumLa multiplicité des constructions dont constituait initialement la mosquée furent unies dans une composition couverte d’une galerie avec 480 colonnes en marbre et occupaient la superficie de plus de 18 000 mètres carrés.

Pourtant les maîtres médiévaux ne possédaient pas les technologies et matéraiaux demandés pour la construction de cette envergure, en plus ils ne tinrent pas compte du risque de la séismicité. Encore du vivant de Tamerlan le bâtiment commença à se détruire et les pierres tombaient sur les têtes des priants de la coupole crevassée.

De tout l’ensemble on ne peut voir que cinq constructions survécues: portail, grande mosquée au fond de la cour, deux petites mosquées et minaret. L’immense support en marbre pour le saint Coran, taillé sous Ulughbek, orne également le centre de la cour.

Le bâtiment de la mosquée est décoré de fins ornements géométriques, végétaux et épigraphiques, ainsi que de majolique - composition avec les briquettes nues et mosaïque composée et sculptée. La partie intérieure de la coupole contenait des objets dorés du papier mâché et les murs - le dessin ornemental sur le plâtre.

Mosquée Bibi-KhanoumEn 1968 on entreprit les travaux de restauration du complexe Bibi-Khanoum, mais les habitants et hôtes de Samarkand ne purent apprécier l’ouvrage entièrement restitué qu’au début de la saison touristique de 2003. De nos jours les travaux d’aménagement de Bibi-Khanoum se poursuivent.

Un monument original - le mausolée, rappellant une table octaèdre, de Bibi-Khanoum est situé de l’autre côté de la route, dans la ruelle de Gouzar. Quand en 1941 les sarcophages en marbre furent ouverts on y a découvert les dépouilles de deux femmes d’âge moyen richement habillées. Il se peut que l’une d’elles ait été Saraï Moulk Khanoum ou Bibi-Khanoum.

Le bazar qui se trouve près de la mosquée Bibi-Khanoum est digne d’être noté à part. 600 après il n’a pas perdu son coloris et continue à vivre d’une vie irrépétable du marché oriental.

Légendes sur Bibi-Khanoum.

Une de légendes dit que la médersa Bibi-Khanoum était construite en l’honneur de la mère de la femme de Tamerlan. Cette version a le droit d’exister car le mot «bibi» signifie également «mère».

Mosquée Bibi-KhanoumUne autre légende dit que la belle Bibi-Khanoum, la femme préférée du grand Tamerlan, décida de surprendre son mari en faisant construire une belle mosquée pour son retour de la campagne suivante. Elle invita les meilleurs maîtres du monde entier qui se mirent au travail sur place. Seulement l’arc restait inachevé quand l’émir s’approchait de Samarkand. Mais le jeune archtecte ne se pressait pas d’acheminer la construction car ceci signifierait la séparation de Bibi-Khanoum qu’il aimait tendrement. Bibi-Khanoum était en colère, mais le jeune homme consentissait à achever la construction de la mosquée qu’à une condition: si la reine acceptait à se faire embrasser. Il ne restait qu’à céder à la princesse peinée. En se faisant embrasser elle protégea sa joue par sa main, mais la chaleur du coeur amoureux laissa néanmoins une petite tache sur la joue de Bibi-Khanoum.

Quand Tamerlan entra avec son armée dans la ville, les coupoles et les minarets de la nouvelle mosquée, impressionnant de leur grandeur, se présentèrent à sa vue. Mais l’étonnement et l’admiration de la surprise disparurent à l’instant où il remarqua la tache du baiser sur la joue de sa femme bien-aimée. Tamerlan ordonna de trouver le maître. Mais le jeune maître réussit à se munir d’ailes et s’envoler à Mechhed.

Il existe la croyance: si une femme n’arrive pas à avoir l’enfant, elle doit venir à Bibi-Khanoum, toucher les pierres de la mosquée et l’endroit où se trouvait le grand Coran et prier. Son souhait se réalisera sans faute!

Photos:

voir toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

«« précédent en haut »»

D'autres curiosités de Samarcande: La mosquée Bibi-Khanoum est à consulter:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE