Nécropole Mizdahkan

 

L’ancien monument d’architecture et d’archéologie - grandiose ensemble Mizdahkan (IV s.av.J.C. - XIV s.n.è., XVII - XX ss.) est situé sur les collines qui se trouvent le long des autoroutes nationales allant vers le plateau d’Oust-Yourte et la ville de Mouynak, à 3-4 km vers le sud de la ville de Khojayli (Khojayli se traduit comme “la contrée des pelèrins”), non loin de la ville de Noukous au Karakalpakstan et occupe le territoire de plus de 200 hectares. Mizdahkan représente en soi un immense ensemble d’antiquités de différents âges et comprend un de plus antiques cimetières de l’Asie Centrale (avec les mausolées de Chamoun-nabi, Mazloumkhan Soulou, Khalfa Eréjep et la butte de Joumart-quassab), ainsi que la ville des temps de la Orde d’Or, caravansérail, ruines des propriétés et châteaux isolés, ruines des systèmes d’irrigation. Au Moyen Âge Mizdahkan était la troisième par ses dimensions ville au Khorézm.

Mizdakhkan aujourd’hui est l’un de plus visités endroits de culte islamique sur le territoire de l’Ouzbékistan. Les traditions du zoroastrisme et de l’islam se sont embrouillées dans la nécropole antique: anciens sépulcres, ruines des mausolées médiévaux, vestiges enflés des constructions antiques la grande partie dont fut disparue sous les couches des époques et des sables qui n’épargnèrent que leurs sommets.

Un nombre considérable d’historiens estiment que c’est justement Khorézm doit être reconnu la patrie du zoroastrisme (mazdaïsme) apparu bien avant du christianisme et de l’islam. Quand vous mettrez le pied sur la terre antique du peuple du Soleil les vieillards locaux vous raconteront sans faute que notamment ici que se trouvent la tombe d’Adam et le mausolée érigé dessus que l’on appelle ici Horloge du Monde. La légende dit qu’une brique tombe annuellement de ses anciens murs et la chute de la dernière brique marquerait la fin du monde. Pourtant, ici même vous verrez la multiplicité de petites pyramides construites de briques tombées par les pelèrins. Chaque pyramide comprend sept briques et les gens croient qu’ainsi ils font durer la vie sur la planète.

Les religions du monde se font échos aux plusieurs sujets et les savants estiment que la tombe d’Adam à Mizdahkan (Mazdahkan) n’est que le lieu d’enterrement de Gayomardan (Gayomard, Gayamaretan) - premier être humain créé par Akhuramazda (Dieu de la Sagesse et du Soleil d’après le zoroastrisme). L’Avesta - le livre saint des adorateurs du feu mentionne la ville de Mazda construite en l’honneur d’Akhouramazda où fut créé le premier homme. A propos, en langue ouzbèke le mot même «Adam» conserva son sens initial - “adam” en langue ouzbèke signifie «homme». On se demande ne serait-se pas trouvé le paradis justement ici - sur la terre du Khorézm où la fameuse pomme de paradis jusqu’à aujourd’hui résonne comme l’interdiction directe du Dieu - «Ne prends pas!» (“olma” en langue ouzbèke signifie aussi bien “pomme” que le verbe à l’impératif en forme négative - «ne prends pas»).

On rencontre presque partout au nord de Mizdahkan les anciennes constructions funéraires détruites et comblées. L’admirable par sa réalisation décorative semi-souterrain mausolée de Mazloumkhan-soulou (XIII-XIV ss.) - initialement une construction souterraine, ayant une évidente destination de culte - se trouve ici même. La légende dit qu’auparavant c’était le palais de Mazloum-soulou, la fille du khan. Quand la ville fut attaquée par les «infidèles» le leader de l’ennemi tomba amoureux de la fille et elle paya de retour. Le khan en colère ordonna de tuer sa fille et de l’enterrer dans son propre palais qui est devenu mausolée.

L’autre construction de culte - Khalifa Eréjep (IX s.) - représentait une construction luxueuse, érigée de brique cuite et non-cuite. La légende dit que Khalifa Eréjep enseignait à ses sujets quand il était en vie, après sa mort c’est son esprit qui continue l’enseignement.

Joumart-quassab est une butte de forme de tertre de hauteur de 5 m., qui cache derrière soi les constructions plus anciennes. Elle se trouve à côté du mausolée de Chamoun-nabi. La légende liée avec la butte de Joumart-quassab («Joumart le boucher») raconte du bon boucher qui distribuait de la viande gratuite aux pauvres lors des années de mauvaise récolte. Pour sa bonté sans intérêt et sa compassion aux proches il fut élevé au rang des saints. Il existe la supposition que ces endroits saints sont directement liés aux idées anciennes de Gayomard sus-mentionné.

Photos:

regarder toutes les photos »»

© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

précédent en haut

Autres attractions Khorezm:

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE