Curiosités de Boukhara

 

Ensemble Labi-Khawz

Labi-khawz, on peut dire, est l’endroit le plus préféré des touristes à Boukhara. Il attire par sa grandeur et son calme qui garde beaucoup de secrets des siècles jadis. Labi-khawz se trouve dans la partie sud-est du chakhristan (partie de la ville se trouvant à l’intérieur des remparts de ville, mais hors de la citadelle), non loin de la rue centrale de commerce de Boukhara. L’ensemble Labi-Khawz (XVI-XVII ss.) est l’une de places centrales de Boukhara, où au bord d’un bassin artificiel (longueur 42 m., largeur 36 m., profondeur 5 m.) sont groupés la médersa et hanaqa de Nadir Dévan-bégui (1622), et à côté, il y a la médersa Koukaldach (1568).

détails

Ensemble de Nadir Dévan-Bégui

L’ensemble de Nadir Dévan-bégui, comprenant médersa, hanaqa et hawz, est étroitement lié avec le nom du ministre (vézir) Nadir Dévan-bégui ayant servi Imamkouli-khan - un de puissants souverains de la dynastie des Ashtarkhanides. La médersa de Nadir Dévan-bégui (1622) est située dans la partie d’est de la place Labi-khawz. Au début du XVIIe siècle Nadir Dévan bégui commença la construction du caravansérail, mais à son ouverture Imamkouli-khan, à la grande surprise du public, l’annonça comme médersa. Pour cette raison on était du d’ajouter à la construction un portail, balustrades et tourelles angulaires voisinant avec la façade principale.

détails

Ensemble Poï-Kalan

Poï-Kalan (XII-XVI ss.) est un ensemble central d’architecture de Boukhara, situé sur la place principale de Réguistan. L’ensemble Poï-Kalan, qui signifie en traduction «pied du grand» se trouve près du minaret Kalan et comprend trois constructions des XII-XVIe siècles: mosquée Kalan, minaret Kalan et médersa Miri Arab. Le minaret Kalan. Le grand minaret de Boukhara ou le minaret Kalan est une très ancienne construction de la place principale et le symbole de Boukhara. L’âge du minaret constitue est presque 9 siècles et durant toute son existence il n’a jamais été en restauration.

détails

Medersa d’Abdoulaziz-Khan

Construite quelques siècles plus tard que la médersa d’Ulughbek (1417) celle d’Abdoulaziz-khan (1652) constitue avec la première le paysage d’architecture unique de Boukhara. La médersa d’Abdoulaziz-khan joua un rôle remarquable dans le devenir de l’architecture centroasiatique: elle nous fit parvenir toute la puissance des maîtres de l’époque. On compare souvent la médersa d’Abdoulaziz-khan avec celle d’Ulughbek et le hazard n’y a rien à faire: étant les constructions de différentes époques, mais constituant un ensemble, ils représentent l’opposé mutuel absolu.

détails

Médersa Koukeldach

A Boukhara, non loin du célèbre ensemble historique «Labi-khawz», se trouve la médersa Koukeldach - monument historique (1568-1569) non moins connu. La médersa Koukeldach est la plus grande médersa de Boukhara et une de plus grandes écoles spirituelles en toute Asie Centrale. Elle était construite au XVIe siècle sous le règne d’Abdoulla-khan II aux moyens financiers de l’émir de Boukhara Koulbaba, ayant gouverné sous quelques khans et réussi à maintenir de bons rapports avec eux. Grace à ses relations étroites avec les khans l’émir s’était vu accordé le titre du Koukeldach (un de plus hauts titres de la cour) qui signifie «frère de lait».

détails

Medersa d’Ulughbek

Ulughbek - le petit-fils de Tamerlan était un souverain illustre et accordait une grande importance au développement des sciences dans son vaste état. Bien avant de la fameuse médersa (1417-1420) sur la place de Réguistan à Samarkand ainsi que celle à Guijdouvan Ulughbek avait construit une médersa jumelle à Boukhara conservative et stricte - capitale spirituelle d’Asie Centrale en espérant que la ville deviendrait à l’époque le centre de lumières dans ce domaine. La médersa d’Ulughbek à Boukhara servit longtemps l’exemple dans la construction des établissements pareils d’enseignement dans les autres villes de l’Asie Centrale.

détails

Mausolée Tchachma Ayoube

Le mausolée Tchachma Ayoube (Source de Iovis) est l`un de monuments d`architecture religieuse au coeur même de Boukhara et comprend le mausolée et la sainte source. Cette construction de culte avait obtenu son nom en l`honneur du saint Ayoube (prophète Iovis de la Bible). La légende dit qu`avant l`apparition même de la ville de Boukhara les gens peuplant cet endroit périssaient à cause du soif. Ils demandèrent de l`aide à Iovis qui courait le monde. Iovis frappa un coup de son bourdon sur la terre et instantanément apparut un puits avec de l`eau cristalline.

détails

Mausolée des Samanides

Un de plus anciens monuments d’architecture de Boukhara - le mausolée des Samanides se trouve non loin du Réguistan, dans le parc des Samanides au lieu de l’ancien cimetière. Il est agréé que le mausolée fut construit vers la fin du Xe siècle par Ismaïl Samani - le fondateur de la dynastie des Samanides (la dynastie règna de 875 à 999). Il y a des renseignements qu’il l’avait érigé en mémoire de son père Akhmad ibn Assad. Pourtant, le mausolée devient sépulcre familial, Ismaïl Samani même y est enterré et si l’on croit l’écriture à l’entrée au mausolée, son petit-fils aussi y trouve son dernier refuge.

détails

Coupoles de Commerce de Boukhara

La dynastie des Cheïbanides est venue au pouvoir en Asie Centrale au XVIe siècle. Ayant occupé la perle de l`Orient - Boukhara la noble, ils en firent la capitale de leur état. La ville connaît à partir de ce moment un épanouissement intensif, les constructions s`y déroulent en large envergure. Les coupoles des marchés couverts construites en cette période devinrent symbole de Boukhara et reflet de son importance sur le Grande Route de la Soie. Ces coupoles dites “toqis” et/ou “tymes” étaient construites au croisement de 2-3 rues animées afin de gérer les masses humaines, décharger les principales artères et mieux organiser le commerce.

détails

Medersa Tchor-Minor

La médersa Tchor-Minor (signifie “Quatre minarets”) est située au nord-est de Boukhara. Quatre minarets constituants la construction symbolisent quatre directions du monde. La médersa Tchor-Minor se caractérise d’une parfaite silhouette, élégance et formes inhabituelles, compacité et splendeur. Elle fut construite en 1807 sur l’initiative du Califa Nyazkoul-bek, négociant riche de chevaux et de tapis d’origine Turkmène. Les sources témoignent qu’après sa visite du Tadj-Mahal en Inde Nyazkoul-bek s’est inspiré d’idée de créer quelque chose pareille à cette impressionnante construction.

détails

Palais Sitoraï Mohi-Khossa

Situé à 4 km vers le nord de Boukhara, le palais Sitoraï Mohi-Khossa récemment était la résidence des émirs de Boukhara. Le microclimat sur l`espace du palais se diffère entièrement de celui de la ville de Boukhara: même en plein été ici on ne sent pratiquement pas la chaleur. Cet effet est atteint grace à la très ancienne méthode du choix de l`endroit de construction des bâtiments importants. On faisait apporter des morceaux du mouton débité à l`endroit où l`on projetait la construction et les laissait pour quelque temps. Là où la viande commençait à se détériorer le plus tard on entamait la construction.

détails

Complexe Bolo-Khawz

Toutes les grandes villes en Orient avaient un trait distinctif qui consistait en disponibilité du Réguistan - la place centrale de la ville. Boukhara avait aussi son Réguistan qui se situait en face de la Citadelle Arc. Une multiplicité de bâtiments publiques se trouvaient dans les anciens temps sur le territoire du Réguistan: mosquées, palais, points de commerce, chancellerie ainsi qu’un hôpital. Il n’y a que le complexe Bolo-khawz qui s’est conservé jusqu’à nos jours de l’ensemble du Réguistan de Boukhara.

détails

Ensemble de Bahawdine Naqshband

Le complexe mémorial du saint Bahawdine Naqshband (XVIe s.) - un éminent philosophe et soufi se trouve à 12 kilomètres de Boukhara. Ce complexe mémorial est un sanctuaire musulman qui est devenu l’endroit d’adoration non seulement de la population de Boukhara, mais aussi des musulmans-soufis du monde entier. Le village Qasri Orifon (château des sages) s’était placé ici autrefois et s’était fait connu par ses fêtes païennes et traditions anciennes. Bahawdine Naqshband (1318 - 1389) l’ordre ayant obtenu plus tard son nom.

détails

Ensemble Khodja Zaïnouddine

Boukhara médiévale était fameuse à travers le monde par les chefs-d’oeuvre de l’art architectural dont l’étonnante mosquée de Khodja Zaïnouddine - l’ensemble d’architecture du XVIe sièle qui est situé au milieu du quartier d’habitation, au coeur même de Boukhara. La construction comprend le bâtiment de la hanaqa et le bassin (hawz). On appelle la mosquée de Khodja Zaïnouddine «mosquée-hanaqa» à cause de la présence du bâtiment central à la coupole où les soufis organisaient les cérémonies religieuses avec des chansons rituelles sous l’accompagnement des instruments de musique.

détails

Hammam

Les complexes de bains médiévaux - hammams sont une curiosité particulière de Boukhara. Ils apparurent dans l’antiquité profonde comme un important élément du constituant culturel et architectural du panorama de la ville. Ce moyen de relaxe préféré par les citadins était largement répandu à travers tout le territoire de l’Asie Centrale médiévale, ainsi que avait ses pareils dans tous les autres endroits de l’Orient. Narchakhi - l’historien et chercheur au Moyen Age mentionne dans son livre “Les notes de Narchakhi”, daté du X siècle, sur l’habitude de visiter les bains.

détails

Ensemble Khodja-Gawkouchan

L’ensemble Khodja-Gawkouchan est l’un de plus grands ensembles d’architecture de la partie centrale de l’ancienne Boukhara et fait part de la Liste du patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le nom original qui signifie «tueur des boeufs»a été donné à l’ensemble Khodja-Gawkouchan à cause de son emplacement - avant sa construction était situé sur cet endroit un abattoir. L’ensemble qui se trouve sur la place de Gawkouchan a été construit sur l’initiative du cheïkh djouïbaride Khodja Saad qui avait le surnom «Khodja Kalon» qui a servi la base du nom de la construction entière.

détails

Portes Talipach

Il y a longtemps déjà que les Portes Talipach n’accueillent plus de nombreux caravanes arrivant du Nord, ne sont non plus l’endroit de perception des taxes d’entrée en ville, mais sont toujours considérées un d’importants symboles de l’histoire de Boukhara. Les portes Talipach - portes de nord de l’ancienne Boukhara, ont été construites au XVIe siècle sous le règne d’Abdoulla-khan I comme une partie d’ ouvrages de défense de la ville. Les remparts ayant lié 11 portes de Boukhara ne sont pas conservés jusqu’à nos jours, mais les portes Talipach se trouvent maintenant au coeur même de la ville élargie, parmi les maisons et jardins fleurissants.

détails

Vestiges de Varakhsha

L’ancienne colonie de Varakhsha (IV s. av.J.C. - XI s. ap.J.C.) se trouve non loin de Boukhara, approximativement à une demi-heure de trajet vers l’Ouest. Les Vestiges de Varakhsha abritaient la residence de la dynastie des Boukar-Khoudates, ayant régné ici jusqu’à la conquête arabe. La superficie de Varakhsha consistait environs 100 hectares et la cité était un important centre commercial sur la route entre Boukhara et Khorézm, très important poste-frontière ainsi qu’un centre culturel et politique de l’oasis de Boukhara. La cité de Varakhsha jouait un immence rôle dans la lutte contre les Arabes - le peuple autocthone courageux donna plus d’une fois le combat dans ses murs.

détails

Vestiges de Païkend

L’oasis de Boukhara est fameuse par ses fort anciens monuments. Un de ces monuments est le vestige Païkend (IV s.av.J.C. - XIIe s.ap.J.C.) qui se trouve à 60 km vers sud-ouest de Boukhara, en aval de la rivière de Zarafchan. La cité apparut approximativement aux IV-II siècles avant notre ère et représentait initialement les colonies dispersées lesquelles servirent une base pour toute une ville avec les forteresses et ouvrages de défense. La cité Païkend occupait une superficie de 20 hectares. La place centrale en ville était occupée par une citadelle carrée les murs dont encerclaient le palais du souverain, ainsi que d’autres bâtiments administratifs.

détails

Palais a Kagan

La conquête du territoire de l’Asie Centrale par l’empire de Russie est une d’époques notables dans l’histoire de développement de l’architecture de cette région. Parmi les premières constructions considérables de la nouvelle époque on peut citer le palais de l’émir Saïd Abdoulahad dans la ville de Kagan. Il faut dire d’abord quelques mots au sujet de Kagan même. L’empire de Russie tâcher de lier rapidement les nouveaux territoires avec le centre de l’empire par les communications modernes de commerce.La construction des chemins de fer fut la solution optimale de cette tâche. Initialement, la ville de Kagan.

détails

Couvent de Femmes Soufis Kiz-Bibi

A une demi-heure de parcours de Boukhara, entre l`oasis et le désert, se trouve l`exceptionnel ensemble d`architecture Kiz-Bibi (XVIIIs.). Cet étonnant ensemble fut construit par le ministre de Miri-Arab Sadique-khan en l`honneur de Mastoura-khanoum. Mastoura-khanoum ou Kiz-Bibi était une femme-soufi disparue un jour dans une de cellules du couvent. Couvent de Femmes Soufis Kiz-BibiLes habitants locaux pensent que son esprit vit toujours au monastère et le protège. Une autre légende dit que l`on voulut marier Kiz-Bibi contre son gré et pour éviter son sort peu joyeux elle se serait cachée dans le désert où elle eut assez longtemps la vie d`ermite.

détails

Khanaqa Faïzabad

Une mosque fut construite en fin du XVIe siècle aux alentours du district Faïzabad de Boukhara médiévale en tant qu`un asile pour les dervichs-errants entre les endroits d`adoration. La mosquée-khanaqa Faïzabad fut faite bâtie par Mawlana Poyanda-Moukhammad Akhsi Faïzobodi, le célèbre soufi. Autrefois la construction portait le nom de «Chokhi Akhsi», mais plus tard on attribua à la mosquée le nom du soufi l`ayant construite. Le bâtiment est conventionnellement divisé en deux parties: mosquée avec mihrab pour accomplir les prières en s`orientant vers la Mècque et hanaqa à trois étages avec des cellules où les dervichs pouvaient prier et se restaurer quelques temps.

détails

Caravansérail Nogaï

Parmi une énorme quantité de curiosités dont abondamment riche la belle Boukhara une place particulière tient le caravansérail Nogaï. Cette construction excéptionnelle fut érigée au XVIe siècle sous le règne de Moukhammed Rakhimbiy. Nogaï qui est aujourd’hui un de plus visités endroits historiques de Boukhara est situé au coeur de la ville ancienne. Il voisine avec la coupole de négociants Toqi-Sarrafon et la Maison du marchand de Boukhara. La construction des caravansérails était à l’époque une affaire usuelle et ils avaient une énorme importance pour les voyageurs individuels et les caravanes entières.

détails

Fabrique de broderie d’or a Boukhara

Au cours de plusieurs siècles Boukhara restait célèbre non seulement par ses monuments archéologiques, lieux saints, mais était également le centre de l’art de broderie, et en particulier, de l’une de ses formes – broderie d’or. C’est ici que depuis l’antiquité oeuvraient les maîtres qui ornaient les vêtements, chaussures, couvre-chefs et objets de l’intérieur par les dessins en fil d’or lesquels trouvaient par la suite leurs pocésseurs enpersonne des gouverneurs et leurs proches.

détails

 

© La paternite de ce materiel appartient a la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce materiel sans autorisation de l’auteur est interdite.

«« précédent en haut »»

     	

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE