Mary


Mary est une ville située au sud du Turkménistan, dans la partie sud-est de la dépression Touran sur le territoire d"une oasis dans le delta de la rivière Mourgab; c"est le centre administratif du velayat de Mary. Au sud la ville est contournée par le canal de Karakoum. En 1884 les Russes ont organisé à Merv (ce beau nom portait à l"époque la ville de Mary), ainsi qu"à Achkhabad, le centre militaire et administratif. En 1937 la ville a été rebaptisée en Mary et nous le connaissons justement sous ce nom.

Population.
En 2005 la population de la ville a fait 100 mille personnes. Les habitants de Mary représentent, essentiellement, les ethnies turkmène, tatare et arménienne.

Industrie.
Mary est aussi l"un des centres industriels du pays. Ici se trouvent l"usine de constructions mécaniques qui fabrique des pompes centrifuges pour le transfert du pétrole, exportés dans les pays de la CEI; l"usine de la réparation automobile, l"usine de nettoyage de coton, la tannerie, le combinat de construction des maisons, le combinat des matériaux de construction, l"usine Turkmène des engrais azotés. Outre cela, il y a les fabriques de lavage de laine, de tissus, de couture, de tapis, de confiserie et de meubles, une brasserie et une laiterie. La ville est égalementle le centre de l"industrie gazière de la république.

Spécialité.
La fierté de Mary est la fabrication des tapis fait à la main. On peut trouver ici les tapis qui se distinguent selon le style et le lieu de fabrication, ils sont de types divers : tekke, salor, yomud et ersary. Les plus fameux parmi eux sont les tapis tekke, qui se font d"après les technologies de la tribu tekke.

L"élevage de chevaux à Mary est représenté par le coursier mondialement connu de race Akhal-Teke. On peut voir ce cheval même sur les armoiries de la république de Turkménistan.

Centres culturels: musée régional, musée d’histoire, théâtre dramatique Kéminé, cinémas, écoles artistique et de musique, école sportive, station de jeunes techniciens, bibliothèques, Palais de la culture.

Curiosités de Mary.
“Feu de mémoire” - monument dédié aux combattants de la Seconde guerre mondiale et des opérations en Afghanistan.

Les monuments “La Patrie” et “La gloire éternelle” sur la fosse commune des héros de la guerre civile.

Les monuments des poètes et civilisateurs Mollanepes, Kéminé, Makhtoumkouli.

Merv.
Mary, la troisième ville du Turkménistan, n"a pas, après tout, une histoire extraordinaire. Mais ce qui la distingue de toute autre ville c"est la présence d"une curiosité célèbre - la ville de Merv, située à une trentaine de kilomètres. Merv et Kounya-Ourguentch étaient la fierté du Turkménistan durant toute son existence. À l"époque de son essor Merv pouvait être considéré comme l"une des perles les plus précieuses de l"Orient, qui, au cours de cinq siècles, rayonnait et reluisait sur fond des empires puissants des dynasties anciennes, étant invariablement leur capitale ou bien la ville préférée des chahs. Depuis son apparition et jusqu"à sa destruction par les Mongols, d"année en année, la ville grandissait, se développait et se perfectionnait grâce aux maîtres habiles et habitants diligents. Jusqu"à nos jours, la ville de Merv reste le centre religieux des pèlerins, car elle a gardé ces monuments spirituels, construits par des générations défuntes.

Merv, l"une des plus anciennes villes de l"Asie centrale, se situait au bord de la rivière Mourgab. Les ruines de Merv étaient étudiées depuis les années 80 du 19 siècle et surtout à partir de 1946 par l"expédition archéologique sous la conduite de E. Masson. La partie la plus ancienne de la ville est la cité Erk-Kala, qui existait déjà au milieu du I millénaire avant J.C. La cité est entouré d"un mur en terre battue, au centre se trouve un bâtiment sur une plate-forme monolithe.
L"épanouissement de Merv tombe 2 siècle avant J.C. - 3 siècles après J.C. À l"époque la ville se composait de la citadelle (Erk-Kala), la cité (actuellement Guiaour-Kala) avec 2 rues principales, une muraille et une banlieue entourée aussi d"un mur.
Au 3 siècle Merv faisait partie de l"État des Sassanides, au 7 siècle a été envahi par les Arabes. Les bâtiments de culte (deux monastères bouddhques et un chrétien) et les châteaux des seigneur féodaux qui se trouvaient à l"intérieur de Guiaour-Kala et dans la banlieue datent justement de cette période.
Merv éprouva son plus grand essor aux 11-12 siècles, quand il était la capitale de l"État des Seldjoukides. Aux 12-13 siècles il devient un grand centre de l"État des Khorezmchahs.
En 1222 la ville était détruite par les Mongols; restaurée plus tard, il ne jouait plus un rôle considérable.
En 1510 - 24 et 1601 - 1747 Merv restait sous la domination des Perses et vers le 19 siècle tomba définitivement en décadence; le centre de la région s"est déplacé dans la ville de Mary, qui se trouve à 30 km vers l"Est.

Constructions de l’ancien Merv.
Erk-Kala - citadelle sur 112 hectares de l"époque de la dynastie Achéménide, centre de l"ancien Merv. Le bâtiment sur une plate-forme domine la ville; il est entouré d"une muraille en terre battue, dont la hauteur atteint presque 30 mètres. L"entrée de la citadelle se trouvait au sud, sur une élévation. À l"intérieur de la citadelle se sont conservées les ruines du palais royal. Au nord se situait la place principale. Margouch est le nom de la ville, reçu autrefois par la citadelle.

Guiaour-Kala - colonie médiévale avec les ruines de quelques monastères bouddhques et chrétiens, ainsi que les châteaux des notables. La seperficie de la ville dépasse 300 hectares. Guiaour-Kala entourée d"un mur de deux kilomètre avec les portes. Autrefois sur cette place se situait la ville Antioche construite par le roi des Séleucides Antioche. À cette époque-là la ville faisait partie de l"État de Margiane. La muraille qui entourée Antioche protégeait la ville contre les conquérants et la pénétration des sables du désert.

Guebekli - la cité de la période parthienne, à 32 km de Guiaour-Kala. Cette petite ville est apparue non loin d"une ancienne colonie margienne derrière la muraille d"Antioche (Guiaour-Kala). Guebekli était entouré d"une forteresse carrée avec une seule entrée. La poterie et les bijoux trouvés ici pendant les fouilles archéologiques témoignent le développement d"artisanat sur ce territoire.

Sultan-Kala, ville construite en forme d"un carré irrégulier, se situait à l"ouest de Guiaour-Kala. Sous la dynasties Seldjoukides était la capitale de leur État. Sultan-Kala se traduit comme "la Forteresse des sultans"; sur son territoire on a construit la citadelle Chakhryar-ark.

Chakhriyar-ark est une citadelle avec les ruines des casernes et des bâtiments de palais, ainsi que le mausolée du sultan Sandjar. Date de la période des Seldjoukides.

Dournali - la cité située à 25 km de la citadelle Guiaour-Kala avec les ruines de constructions des 9-12 siècles. Cependant cette ville a une histoire plus ancienne. Autrefois sur cette place se trouvait une grande ville parthienne entourée d"une puissante muraille, restaurée au moyen âge. La forteresse avait la forme rectangulaire (environ 180х160 m). Dans les coinss, ainsi que le long des murs se dressaient les tours. Cette forteresse servait d"abri pour un nombre important de citadins; elle avait cinq cents meurtrières, de plus, on utilisait la galerie supérieure - les créneaux des murs et les tours pour tirer sur l"ennemi. Le territoire intérieur de la forteresse n"est pas bâti. Seulement non loin du centre de la forteresse se trouvent les ruines d"un grand bâtiment. Les murs de la forteresse se sont conservés partiellement. Les pièces de monnaie trouvées ici permettent de déterminer l"âge de Dournali - 1 - 2 siècles après J.C.

Kharam-Kechk - le château situé non loin de Guiaour-kala et habité du 9 au 13 siècle. Actuellement, il ne reste de lui qu"une partie du mur gaufré du premier étage et le rez-de-chaussée à demi détruit.

Akouyli-Kouchouk est un château (kechk) de forme rectangulaire, situé à deux kilomètres de la cité Dournali. Il est en ruines depuis longtemps, le temps n"a presque pas touché seulement le rez-de-chaussée de la construction. Au centre du château se trouve une salle carrée à deux niveaux. À gauche et à droite de la salle se situent cinq pièces sur chaque niveau.

Gonour-Dépé autrefois était, probablement, la capitale, mais sans la résidence du souverain: ici se trouvait le siège du prêtre suprême. Au 2-1 millénaire avant J.C., il était le centre religieux des croyants, qui faisaient des pèlerinage dans cette ville de Margouch. Les fouilles des années 90 du 20 siècle ont découvert ici nombre d"objets: ustensiles de ménage, miroirs, cosmétiques, bijoux en argent, vases d"albâtre et de céramique datant du 3 millénaire avant J.C.

La mosquée Talkhatan-Baba, construite sur le territoire du cimetière d"une colonie médiévale, date du 11 siècle. Sa composition représente un rectangle régulier sans avant-toits, dômes ou colonnes, cependant la façade principale est encadrée de trois arcs. L"arc moyen est le plus large. Elle correspond à la partie centrale du bâtiment. Deux petits arcs latéraux correspondent aux parties latérales. Il semble, que la mosquée est partagée par ces arcs en trois sections. L"équilibre et l"harmonie se renforcent par l"ornementation brillante des murs et l"homogénéité du décor extérieur et intérieur créé avec l"utilisation de la brique cuite.

La mosquée Youssouf Hamadani est un monument religieux important, vénérés par les musulmans. Au 13 siècle sur la tombe du derviche Abu-Yakub Youssouf ibn Ayoub de la ville iranienne de Hamadan a été érigé un mausolée, qui, malheureusement, ne s"est pas conservé. Au 19 siècle le bâtiment était partiellement reconstruit. La tombe de Youssouf Hamadani est symbolisée par une crypte en marbre noir, ornée de l"ornement floral et des inscriptions. La partie principale de l"ensemble est occupée par la salle de de prière dans la partie ouest du mausolée.

Mausolée de Muhammed-ibn-Zeyd, situé sur le territoire d"une banlieue de la capitale de l"État des Seldjoukides, est érigé autour de 1112. Appartient aussi aux monuments de Sultan-kala. Muhammed-ibn-Zeyd avait organisé une insurrection contre les khalifes arabes, qui a été cruellement étouffée et son chef décapité. Sur la place, où l"on a enterré sa tête, un mausolée a été construit, qui a grandi avec le temps jusqu"à un ensemble architectural magnifique.

Mausolée du Sultan Sanjar est la construction la plus majestueuse et extraordinaire du 11 siècles, créée par le sultan Muizeddin Sanjar. Sa hauteur peut frapper même un homme moderne - 38 mètres. Après la mort du sultan on l"a enterré dans ce mausolée, mais pendant l"invasion mongole les restes du sultan ont été transférés à un autre endroit. Depuis, il n"y a plus rien sous la voûte du mausolée; mais pour plusieurs croyant le mausolée est toujours le lieu sacrée, qui attire des milliers de pèlerins.

Abdoullakhan Kala - la ville au sud de Merv, avec des médersas, des mosquées, des mausolées et un palais. La forteresse Abdoullakhan Kala était construite par Chakhroukh - fils d"Amir Timour sur le territoire du Nouveau Merv. La forteresse avait une importante signification stratégique pour la ville et servait d"un ouvrage défensif.

Bayramalikhan-Kala - la forteresse du Nouveau Merv datant du 18 siècle. Son mur touche au mur occidental de la forteresse voisine Abdoullakhan-Kala. La longueur du mur ouest de Bayramalikhan-Kala faisait presque 750 mètres, celle des murs nord et sud - 500 mètres. Seulement une partie du mur nord et quelques petits fragments du mur sud se sont conservés jusqu"à présent.

Kiz-Kala - deux petites forteresses en assez mauvais état. La grande Kiz-Kala avait deux niveaux. Le premier niveau se composait de cinq pièces et un escalier qui passait par un couloir en arc. On ne peut que s"imaginer le plan du second niveau selon les fragments conservés, il devait avoir aussi cinq pièces disposées autour de la cour intérieure.
La petite Kiz-Kala se situe à 100 m de sa voisine et est construite selon le même plan. Il ne reste de cette construction qu"une partie de la façade gaufrée.

Ensemble Iwans des Askhabes. Askhabes étaient les compagnons du prophète Mahomet - Bureid ibn Al-Khuseyb Al-Aslami et Al-Khakim ibn Amr Al-Guifari. Après leur mort leurs tombeaux étaient des sanctuaires locaux; au 15 siècle les représentants de la dynastie des Timourides ont érigé ici un ensemble religieux. Leurs tombeaux de marbre noir sont décorés de sculpture fine en relief représentant l"ornement végétal et les inscriptions. Derrière les tombeaux se dressent deux iwans restaurés. Sur les photos de la fin du 19 siècles on peut voir que leur hauteur initiale faisait 12 mètres est ils étaient ornés des carreaux de couleur bleu clair et turquoise. Au milieu du mur de derrière du mausolée on voit l"inscription couffique "Allah".
Les tombeaux sont jusqu"à présent un lieu de pèlerinage des musulmans. C"est pourquoi près des iwans les places sont prévues pour l"accueil des pèlerins et la préparation de la nourriture et une citerne pour l"approvisionnement de l"ensemble en eau, cette dernière datant du même temps que les iwans.


© La paternite de ce materiel appartient a la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce materiel sans autorisation de l’auteur est interdite.

en haut

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE