Dachogouz


Dachogouz (Dachkhovouz, Tachaouz) est une ville au Turkménistan, la capitale de velayat de Dachogouz. La ville se situe sur les deux bords du canal Chavat (la branche d"irrigation de la rivière Amu Darya). L"histoire de Dachogouz compte presque 330 ans. Malgré le fait que la ville elle-même soit assez jeune et presque personne en dehors du Turkménistan ne la connait, à 100 km d"ici se trouvent les ruines de l"ancienne capitale du puissant État de Khoresm - Kounya-Ourguentch, qui est sur la liste du patrimoine mondial de l"UNESCO, la réserve historique du Turkménistan. On en parlera un peu plus tard et maintenant quelques mots sur Dachogouz; cette ville, bien qu"elle ne puisse pas se rendre égal de son prédécesseur ancien, mérite quand même attention.

Nom de la ville.
Le mot turkmène Daşoguz se traduit littéralement comme "la bouche de pierre", "l"orifice de pierre" ou bien "le bassin en pierre". En fait, le nom "Dachogouz" ne signifie pas "la bouche de pierre" (qui se prononce comme "Dach Aguiz") ni "le bassin de pierre" ("Dachkhovouz"), mais provient du nom de l"union des tribus Ogouzes "Dich Ogouz" (ou "Dach Ogouz") qui se traduit comme "Ogouzs extérieurs", mentionnée dans le poème épique "Dédé Korkout".

Histoire.
La ville a apparu en 1681 comme un caravansérail à la périphérie du khanat de Khiva. En 1873, faisant partie du khanat de Khiva la ville se trouva sous le protectorat de l"Empire Russe. Durant un certain temps elle était le centre administartif de l"Etat de Tachkent. Depuis 1920 la ville faisait partie de la République Populaire Soviétique de Khorezm, en 1924 elle devient le centre de la province Turkmène. Dès le mois d"octobre 1924 la ville fait partie de la RSS de Turkménie, depuis 1925 elle est le centre du district; en 1939-1963 et depuis 1970 - de la province. En 1992 la ville a été rebaptisée en Tachaouz, plus tard en Dachkhovouz, et en 1999 a été rebaptisé de nouveau et est redevenue Dachogouz.
Actuellement la ville est bien aménagée, traversée par de nombreux aryks (canaux d"irrigation). Le canal Chavat divise la ville en parties Nord et Sud.

Transport.
Les transports en commun sont représentés par les autobus municipaux, les taxis à itinéraire fixe, les taxis municipaux et privés.
Dans la ville se trouve l"un des aéroports les plus anciens du Turkménistan, qui dessert les vols locaux à Achkhabad, Turkmenabad, Turkmenbachi et Mary. En 1994 on a décidé de construire même un dépôt de trolleybus, mais pour des raisons inconnues il n"a pas été construit.
La gare ferroviaire "Dachogouz" est la plus grande et moderne non seulement au Turkménistan, mais aussi dans toute la région autour de la mer d"Aral.

Population.
La population de Dachogouz compte 166,5 mille habitants.

Événement.
Le 5 septembre 1998 une histoire assez amusante a eu lieu à Dachogouz: la chute d"un météorite, appelé par la suite H5 tout simplement.

Curiosités de Dachogouz.

Kounya-Ourguentch.

La première mention écrite de Kounya-Ourguentch (Vieux Ourguentch) date du 10 siècle, quand la ville était la capitale du Khoresm du nord. C"est à cette époque-là qu"il commence à jouer un rôle important pour le monde oriental. La position géographique favorable (au croisement des routes de caravane) contribuait à l"accroissement et la popularité de la ville, qui éclipsa même Boukhara. La soi-disante "élite" islamique - savants, poètes, philosophes - a commencé à se réunir ici, et bientôt Gourgandj (ancien nom de Kounya-Ourguentch) a reçu le titre bien mérité de la "ville de mille sages".
Au 11 siècle à Gourgandj vivaient et travaillaient les grands savants orientaux Abu Ali ibn Sino (Avicenne) et Abu Rayhan Birouni.
Ourguentch a atteint son essor sous le souverain de Khoresm Koutloug-Timour et sa femme Tourabek-Khanym. Les meilleurs monuments architecturaux d"Ourguentch datent de cette époque. Les plus remarquables et les plus célèbres parmi eux sont le minaret de Koutloug-Timour qui est la plus haute construction du moyen âge, et le mausolée de sa femme Tourabek-khanym, unique par sa beauté et sa grandeur.
Gourgandj restait le coeur de l"Orient jusqu"au 13 siècle, quand son régent se revolta contre Gengis Khan. Les guerriers du grand stratège mongol ont rasé cette ville magnifique, c"est pourquoi plusieurs monuments médiévaux n"ont pas pu garder leur aspect initial.
Ainsi, en 1221 la ville devient partie de la Horde d"or. Après la libération du joug mongol, la ville devient de nouveau la capitale de Khoresm; plus tard il est conquis par Amir Timour, et au 17 siècle tombe définitivement en décadence n"ayant pas réussi à retrouver sa grandeur d"autrefois après les destructions et en raison du changement des conditions naturelles (la désertification du terrain).

Bien sûr, les Mongols ont réussi à supprimer la plupart de monuments, mais même ceux qui se sont conservés nous permettent d"imaginer ces temps anciens, ces États puissants et leurs souverains sages. Et notre objectif prioritaire est de garder ce que nous avons pour rendre hommage au passé.

Les monuments historiques de l’ancien Ourguentch:

Le mausolée d"Il-Arslan. Son autre nom est le mausolée de Fahraddin Razi. Le monument construit il y a presque 700 ans, avant la conquête mongole, s"est conservé par miracle jusqu"à nos jours. La construction est une oeuvre absolument unique des anciens architectes, qui frappe l"imagination par son élégance et sa perfection.

Le mausolée de Fahraddin-Razi (seconde moitié 12 siècle) - bâtiment en forme de cube avec le dôme en tente à 12 facette sur un tambour à 12 facette lui aussi, la façade principale est ornée de terre cuite sculptée.

Le mausolée de Tekech (fin 12 - début 13 siècle) est une construction monumentale, avec un prisme carré à sa base, sur lequel repose un tambour recouvert de gaufres à nervures portant le dôme conique. La façade principale est mise en relief par une niche profonde remplie de stalactites. Le tambour est décoré de carreaux bleu clair; dans sa partie supérieure on peut voir encore quelques fragments de frise épigraphique en céramique bleu clair. Le dôme est orné de briques bleu clair posées en losange, en point d"épine et en tapis continu. Dans les niches intérieures et dans les voiles de la voûte se trouvent des stalactites et sous le dôme seize petites voûtes en coquillage.

Le portail du caravansérail (14 siècle) - ruines de la façade principale aux revêtements en céramique multicolore.

Le minaret de Mamoun se situe non loin du mausolée d"Il-Arslan. Ce minaret, qui ne tomba en ruines qu"il y a environ un siècle, a été construit en 1011 par le chah Mamoun. À côté du minaret on a trouvé aussi les vestiges d"une mosquée, probablement de la même époque.
Le mausolée de Nadjimetdin Koubra. Le mausolée a été érigé aux 12-13 siècles et s"est conservé jusqu"à nos jour pratiquement intact. Nadjimetdin Koubra était un saint musulman, péri des mains des conquérants mongols . Après sa mort on a construit au cimetière un mausolée, qui reste toujours sacré et attire les pèlerins. Le mausolée a trois dôme, les pierres tombales étaient recouvertes de carreaux multicolores avec un ornement végétal et l"écriture calligraphique. Une légende raconte l"histoire du cheikh Nadjimetdin Koubra. Elle dit que l"un des meilleurs élèves de Koubra a été calomnié et exécuté par Khorezmchah Muhammed II, après quoi le saint fâché a maudit Khoresm. La malédiction s"est réalisée bientôt - cet État puissant est tombé à la suite de l"invasion mongol. Koubra et ses 360 disciples, les armes à la main, défendaient leur ville natale. Ce combat était le dernier exploit Nadjimetdin à la gloire de l"Islam : un guerrier mongol décapita le grand saint. Sur cette place on a fondé le cimetière, où s"élève le mausolée de Nadjimetdin Koubra, ainsi que les mausolées de Sultan Ali et Piryarvali. À côté des mausolées se situe la tombe séparée du jeune Djamildjan - disciple aimé de Nadjimetdin Koubra.

Le minaret de Koutloug-Timour. Ce minaret de 60 mètres est le plus haut monument historique de l"ancien Orient, qui surpasse même le mausolée de Sultan Sanjar. Un escalier en colimaçon à 145 marches mène au sommet du minaret, autrefois cet escalier était accessible du toit d"une mosquée qui, malheureusement, ne s"est pas conservée. Le minaret date des 12-14 siècles, mais cette question se discute toujours dans le milieu scientifique. Les uns croient que le minaret a été constrit sous Koutloug-Timour. Les autres - que la constriction a commencé sous le chah Mamoun (9 siècle). On peut supposer aussi qu"il date de l"époque du sultan Mahmud Gaznevi (998-1030). On a établi seulement que c"était lui et pas le minaret de Mamoun qui a survécu la destruction de la ville par les Mongols en 1221. Mais le dôme précieux du minaret a été endommagé et restauré plus tard.
Le mausolée Tourabek-khanym. Le mausolée est le lieu sacré du pèlerinage des musulmans. Malheureusement, la construction ne s"est pratiquement pas conservée jusqu"à nos jours. Mais on peut dire tout à fait exactement que c"était le plus beau bâtiment de Khoresm: majestueux et élégant, richement décoré à l"intérieur et à l"extérieur, avec une magnifique salle hexaèdre, dont la surface est près de cent mètres carrés, ornée de mosaïque sculptée. Tout cela a été couronné d"un dôme immense, qui était, peut-être, le dôme le plus parfait de tout le Touran centrasiatique. Le dôme était recouvert de tuile ce qui était assez rare à l"époque. La coupole est recouverte de mosaïques les plus fines avec des étoiles et des fleurs; ce chef-d"oeuvre d"art oriental n"a pas son égal dans toute l"architecture médiévale. Autrefois le bâtiment était couronné d"une tente bleu verni sur un haut tambour avec douze ouvertures.
Il est intéressant que Tourabek-khanym est un personnage historique réel. Elle était la princesse mongole, fille aimée du Khan de la Horde d"or Ouzbek-khan et l"épouse de son gouverneur général à Khoresm Koutloug-Timour. Après sa mort elle a été canonisée. Elle était de tout temps la protectrice des femmes. Il existe beaucoup de belles légendes concernant cette personne intéressante et énigmatique. L"une de ces légendes dit, que Tourabek-khanym a promis de se marier avec le maître Goulgardan, amoureux d"elle, mais seulement à une condition : il devait construire pour elle le plus beau bâtiment du monde. Et Goulgardan a tenu sa parole. Il a érigé ce mausolée remarquable, devenu plus tard le tombeau des rois de la dynastie Soufi et de Tourabek-khanym elle-même. Il frappe toujours l"imagination par l"exactitude des lignes, la richesse de la décoration intérieure et la beauté des ornements multicolores. Mais la belle orgueilleuse a trahi le jeune homme naïf et se maria avec le régent de Khoresm Koutloug-Timour. Le maître désespéré n"a pas pu supporter la douleur et s"est jeté du sommet du mausolée.

La médersa Dachmechet. Se situe à 80 mètres vers l"est du mausolée de Nadjmeddin Koubra. Cette médersa avec une mosquée à l"intérieur a été construite en 1908 pour Muhammad-Amin. Elle se compose 19 pièces situées autour de la cour intérieure.
La cité Dachkala. La cité Dachkala existait non seulement sous le règne des Khorezmchahs, mais aussi sous les Mongols, Timourides et après ces derniers. Sur son territoire étaient découvertes les ruines du minaret de Mamoun et de la mosquée Djouma, ainsi que le fragment de la "Porte du caravansérail» - pechtak. Du côté extérieur il est recouvert de petites briques sculptées de couleur beige avec des inclusions décoratives bleues, blanches et turquoises. La plupart des savants qui étudiaient ce pechtak le trouvent trop luxueux pour un caravansérail et supposent qu"il faisait partie du palais des Khorezmchahs ou d"une grande médersa. On sait seulement qu"il était détruit sciemment par Amir Timour et que plus tard autour du portail on a construit un caravansérail.


© La paternite de ce materiel appartient a la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce materiel sans autorisation de l’auteur est interdite.

en haut

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE