Histoire de Turkménistan


Histoire ancienne de Turkménistan. L’histoire turkmène prend sa source dans les temps les plus reculés. De nombreuses fouilles, organisées sur le territoire de cet Etat, prouvent que la vie existait ici au paléolithique (âge de pierre), c"est-à-dire depuis le temps de l’existence et de l’activité des gens primitifs. On a trouvé ici, pour la première fois dans l’histoire, des instruments de pierre. D"autres preuves de la présence des gens sur ce territoire sont la fameuse grotte Djebel - colonie la plus ancienne des chasseurs et pêcheurs, située dans la partie orientale du littoral de la mer Caspienne et la colonie agricole Djeitoun, découverte non loin d"Achkhabad moderne et datant du sixième millénaire avant J.C. Au III millénaire avant J.C. les tribus, qui habitaient dans les montagnes et les vallées des rivières pratiquaient l’agriculture, l’élevage et la chasse, et le II millénaire avant J.C. a été marqué par l’apparition de la potterie et du traitement des métaux, ainsi que des premières colonies sédentaires. Au I millénaire avant J.C. on a commencé à constuire des canaux d’irrigation, les villes et le commerce prospéraient.
Vers 500 avant J.C. le territoire du Turkménistan faisait partie des États développés, comme la Margiane et la Parthe. La Margiane faisait à son tour partie de la Bactriane, tandis que la Parthe et l"Hyrcanie, situées le long de la côte sud-est de la mer Caspienne, faisaient partie du royaume Médique.
Au VI siècle avant J.C. le Turkménistan s"est trouvé sous l"influence de l"État Achéménide - l"empire Persan a soumis même des tribus nomades qui faisaient la plupart de la population. Cependant, le règne de la dynastie Achéménide ne durait que deux siècles, jusqu"à la conquête de la Perse par Alexandre le Grand au IV siècle. Tirant profit de la disposition du Turkménistan sur la Grande Route de la soie, les Perses menaient une vie économique et commerciale active et fondaient les villes. Sous le roi Mithridate I on a frappé la première pièce de monnaie d"argent (appelée la drachme). Pendant les fouilles de l"ancienne Nissa on a découvert des rhytons (vases) d"ivoire en forme des cornes , les figurines des dieux grecs de marbre et d"argent. La culture persane elle-même était la combinaison des cultures grecque et orientale. Dans la sphère agricole, qui était développée considérablement pendant la période persane, on élevait ici le blé, l"orge, le maïs, le riz, le coton, de divers fruits. L"une des particularités de la période persane était l"utilisation de l"écriture araméenne.
Plus tard, le territoire du Turkménistan a fait partie de l"empire Parthe. En 224 le Turkménistan du sud a été envahi par la dynastie des chahs iraniens Sassanides. En même temps la partie des tribus nomades du Turkménistan a commencé à être assimilée par l"union des tribus Xiongnu, prédécesseurs des Huns. Au milieu du V siècles l"union des tribus hunniques sous la conduite des Hephtalites a réussi à soumettre la grande partie de ce territoire. Les Hephtalites, à leur tour, étaient écrasés par l"union des tribus turques qui ont exercé une grande influence sur la langue et le mode de vie des ethnies soumises. Vers le début de la conquête arabe au milieu du VII siècle presque toutes les tribus sont devenues turcophones.
Vers 716 tous les territoires entre la mer Caspienne et l"Amu Darya se sont trouvés sous l"emprise du puissant califat Arabe. Les tribus locales turques ont accepté l"Islam et établi des relations commerciales et culturelles avec le monde musulman.
Dans le temps, par le territoire du Turkménistan actuel passait la Grande Route de la soie, le symbol de l"intégration culturelle de l"Est et de l"Ouest et le gage du développement économique du pays.

Étymologie des termes “turkmène” et Turkménistan.
À mesure que le pouvoir des Arabes devenait plus faible (bien que l"Islam ait resté la religion dominante), les turc-oghouzes pénétraient sur le territoire du Turkménistan, et en 1040 il a fait partie de l"État Seldjoukide (d"après le nom du chef des Oghouzes Seldjouk et ses descendants - Seldjoukides); la capitale de cet État était la ville de Merv (à présent - Mary). Les Oghouzes se sont mélangés avec les tribus locales, et c"est à cette base que s"est formé le peuple qui a reçu le nom "Turkmène" et le pays est devenu Turkménistan ce qui veut dire "la terre des Turkmène".

Moyen âge.
Aux 12-13 siècles le territoire du Turkménistan se trouvait sous l"emprise du Khoresm, envahi par la suite par les troupes de Gengis Khan en 1219-1221. Sous les successeurs de Gengis Khan certaines tribus turkmènes ont obtenu une indépendance partielle et fondé les États féodaux vassaux. Ils jouaient un rôle considérable dans l"histoire des Turkmènes même après la conquête de l"Asie Centrale par Amir Timour à la fin du 14 siècle. Après la chute de la dynastie des Timourides le contrôle sur ce territoire a passé à la Perse et au khanat de Khiva. À cette époque, les marchands ont apparu parmi les Turkmènes, principalement dans des tribus qui habitaient au bord de la mer Caspienne; ils ont commencé à faire du commerce avec la Russie, dont le commerce se développait activement sous Pierre I (1682-1725).

Vers le début de 18 siècles les Turkmènes peuplaient tout le territoire du Turkménistan moderne. Plusieurs tribus turkmènes, en particulier, Ersary, Tekke, Yomout, Goklen, Saryk et Salir, avaient un potentiel militaireconsidérable et ont établi des relations commerciales avec d"autres pays. Par les terres turkmènes les voies passaient qui reliaient l"Europe à l"Asie centrale, l"Iran et l"Afghanistan . Au milieu de 19 siècles ces tribus ne se soumettaient ni à la Perse, ni au khanat de Khiva.

Conquête du Turkménistan par la Russie.
Pendant la guerre russo-persane de 1804-1813 les diplomates russes ont conclu avec une quelques tribus turkmènes une alliance contre la Perse. Un rôle important a été assigné au territoire du Turkménistan dans les plans russes de la conquête de l"Asie Centrale, riche en ressources naturelles. La pénétration de la Russie a commencé par la fondation de la ville de Krasnovodsk sur la côte orientale de la mer Caspienne en 1869. En 1869-1873 les tribus du Turkménistan Occidental ont cédé facilement à la pression des diplomates et la force militaire de la Russie. Cependant, les tribus du Turkménistan Oriental résistaient aux troupes russes jusqu"au janvier 1881, quand la forteresse Geok-Tepe est tombée. La prise de cette forteresse acheva la conquête des terres turkmènes par la Russie.

Turkménistan comme partie de l"Empire russe.
Après le rattachement du Turkménistan à la Russie son développement économique s"est accéléré. La mise en valeur de cette région était nécessaire pour munir l"industrie russe des matières premières. La construction du chemin de fer Transcaspien (1880-1888) a stimulé la croissance de l"économie et l"exportation des matières premières vers la Russie et le marché européen. La culture du coton, dont la production entre 1890 et 1915 a augmenté de 15 fois, est devenue la branche la plus importante de l"économie. L"élevage et la production du pétrole se développaient aussi, mais l"avantage principal de cet essor économique appartenait aux capitalistes russes et étrangers. Tout cela provoquait le mécontentement de la population indigène du Turkménistan qui était dans sa majeure partie rurale. Les Russes s"établissaient dans les villes, surtout à Krasnovodsk et Achkhabad. Pendant la première révolution russe de 1905-1907 sur le chemin de fer Transcaspien il y avait des grèves organisées par les sociaux-démocrates. Après la défaite de la révolution les grèves étaient interdites, toute manifestation du mécontentement était étouffée par les autorités.

En 1916 le Turkménistan a vu une vague de protestations de la population autochtone contre la mobilisation aux travaux de construction militaire. Après le renversement du pouvoir tsariste en mars 1917 dans les grandes villes - Achkhabad, Krasnovodsk, Tchardjou, Mary - les groupes des sociaux-démocrates auparavant interdits, y compris les bolcheviks, se sont activés. Cependant, la population rurale restait passive et contrôlée par ses chefs religieux et de tribu.

La révolution bolcheviste en novembre 1917 a trouvé le Turkménistan dans un état instable. En dehors de l"Armée rouge, les troupes expéditionnaires britanniques, les socialistes-révolutionnaires et les gardes-blancs prétendaient aussi à ce territoire. Les régions orientles du Turkménistan restaient sous l"emprise du khanat de Khiva et de Boukhara, qui étaient les vassaux de l"Empire russe. Les bolcheviks ont réussi de gagner à leur cause les ouvriers russes dans les villes, mais les tentatives de gagner la confiance des paysans turkmènes - dekhkans (agriculteurs) - et des bergers étaient infructueuses.

En décembre 1917 les bolcheviks ont pris le pouvoir à Achkhabad, mais pas pour longtemps. En juillet 1918 les gardes-blancs et socialistes-révolutionnaires, soutenus par les troupes britanniques se sont rebellés et ont expulsé les bolcheviks. Pour prévenir la perte du Turkménistan et de toute la région Transcaspienne, la Russie Soviétique envoya son armée. En août 1918 le territoire du Turkménistan a été occupé par les troupes britanniques. Elles le contrôlaient jusqu"au septembre 1919, quand ces troupes ont été rappelées par le gouvernement de la Grande-Bretagne. Certaines formations antibolchevistes continuaient la résistance jusqu"au février 1920, quand les unités de l"Armée rouge ont pris Krasnovodsk. Cet événement a marqué une défaite définitive des gardes-blancs et socialistes-révolutionnaires; l"évacuation des troupes anglaises s"est achevée en même temps. En 1920 les révolutions ont eu lieu à Khiva et Boukhara, les Républiques Populaires Soviétiques de Khorezm et de Boukhara ont été proclamées.

La République Socialiste Soviétique de Turkménie.
En avril 1918 – octobre 1924 le pays s’appelait officiellement la République Socialiste Autonome Soviétique de Turkménie et faisait partie входила de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russir (RSFSR). Le 27 octobre 1924 la République Socialiste Soviétique de Turkménie a été formée comme partie de l’URSS. Les premiers pas du gouvernement de la RSS de Turkménie, étaient la continuation de réformes agraire et de ressources en eau, commencées après la victoire de l"Armée rouge en 1920. En même temps, a commencé la redistribution des terres appartenant auparavant aux bays (propriétaires fonciers), l"organisation des coopératives paysannes, la restauration de l"industrie pétrolière.

En 1926 la collectivisation de l"agriculture et la création des grandes plantations de coton ont commencé dans la république. Vers 1929 presque 15 % de paysans sont devenus membres d"exploitations collectives (kolkhozes), et vers 1940 pratiquement toute la terre appartenait aux kolkhozes, les paysans sont devenus kolkhoziens. Peu de temps avant le début de la Seconde Guerre mondiale le Turkménistan occupait la deuxième place (après l"Ouzbékistan) en URSS par la production du coton. Autres branches de l"agriculture se développaient aussi d"une manière intense grâce au perfectionnement des systèmes d"irrigation, à la création des réservoirs d"eau et des canaux d"irrigation.

Les années 30 ont été marquées par un développement intense de l"industrie pétrolière. La production du pétrole a repris sur les gisements de la péninsule Tcheleken, sinistrés pendant la Guerre civile, on explorait et mettait en exploitation de nouveaux gisements dans région de Nebitdag. Presque toutes les matières premières produites ou élevées au Turkménistan, étaient traitées dans d"autres républiques soviétiques.

L"acquisition la plus importante des années 30 était la formation de la classe ouvrière. Si avant la révolution les occupations principales de la population étaient l"élevage et l"agriculture, l"industrialisation accélérée mena à l"apparition de la classe des ouvriers occupés dans les nouvelles branches industrielles. L"analphabétisme a été pratiquement éradique, il y avait un réseau développé des institutions de l"instruction publique. Entre 1924 et 1940 le nombre d"ouvriers occupés dans l"industrie et d"autres branches de l"économie, a augmenté de 34 à 188 mille personnes. Cependant, le Turkménistanil a payé le prix fort pour ces progrès. Des dizaines et des centaines de milliers de paysans cossus (koulaks) ont péri durant la collectivisation; pratiquement toute la clergé musulmane et une partie considérable de la nouvelle intelligentsia nationale sont tombés victimes des répressions qui ont eu lieu depuis le milieu des années 1930 jusqu"à 1953. Les informations sur le nombre de victimes du stalinisme au Turkménistan ont commencé à être publiées seulement après 1991.

La Seconde Guerre mondiale a donné une impulsion puissante au développement économique du Turkménistan. Au début de la guerre plusieurs entreprises industrielles des régions occidentalesde l"URSS ont été évacuées au Turkménistan, ce qui a conditionné un développement du transport. À cette époque le chemin de fer d"Achkhabad a été continué jusqu"au port caspien Krasnovodsk.

Les progrès principaux du Turkménistan d"après-guerre étaient liés au développement de la production du gaz naturel, des industries pétrolière et mécaniques. La construction du canal de Karakoum impulsa le développement de l"agriculture de la république. À la suite de la construction des systèmes d"irrigation liés à ce canal, on a réussi à augmenter considérablement la récolte du coton brut.

Le tremblement de terre d"Achkhabad.
Dans la nuit du 5 au 6 octobre 1948 à 1:14 de l"heure locale, la capitale du Turkménistan la ville d"Achkhabad supporta un terrible tremblement de terre qui a emporté les vies de plus de 100 mille personnes et détruit pratiquement toute la ville. Le tremblement de terre d"Achkhabad est considéré comme l"un des plus destructifs, qui a détruit 90-98 % de toutes les contructions. Depuis 1998 le 6 octobre est le Jour de commémoration.

Le séisme principal se composait de deux secousses avec une intervalle de 5-8 secondes, la force de la première premier secousse étant 8. Autour de 6 heures du matin il y avait encore une forte secousse de 7-8. Les secousses souterraines continuaient encore plus de quatre jours. Le nombre important de victimes était lié essentiellement à l"heure du tremblement de terre et aux particularités de l"architecture : plusieurs constructions avaient les toits plats. 4 divisions sont arrivées en ville pour l"élimination des conséquences du séisme, la réalisation des travaux de recherche et sauvetage et l"enterrement des victimes.

Turkménistan indépendant.
Le 22 août 1990 le Turkménistan a proclamé sa souveraineté dans le cadre de l"URSS. En octobre 1990 Saparmourat Niyazov, le premier secrétaire du Parti communiste depuis 1985 et le président du Soviet Suprême de la république depuis le janvier 1990, a été élu le président de la république. Le leader du Turkménistan n"a pas réagi à la tentative du coup d"État à Moscou en août 1991. Le 26 octobre 1991 le gouvernement a organisé le référendum consacré à la question de l"indépendance du Turkménistan. 94 % de la population ont voté pour l"indépendance. Le lendemain le Soviet Suprême a proclamé le Turkménistan un État indépendant. À la fin décembre 1991 le pays s"est joint à la CEI. En 1999 sur la décision du Conseil National S. Niyazov est devenu le chef du gouvernement à vie. Le gouvernement de Niyazov a interdit l"activité de la plupart de partis et organisations d"opposition. Les exigences de légaliser les organisations d"opposition ont provoqué les arrestations de leurs leaders. À mesure que l"opposition tout présentait de plus en plus énergiquement ses revendications et critiquait le gouvernement, Niyazov occupait une position de plus en plus irréconciliable. Après le recouvrement de l"indépendance par le Turkménistan toutes les données historiques relatives aux événements de la période soviétique, ainsi que les informations sur le développement culturel et économique de la république au cours de cette période étaient mises en doute. C"est pourquoi une interprétation objective de l"histoire contemporaine du Turkménistan ne peut être faite qu"après une révision des événements de cette période. Le 21 décembre 2006 S. Niyazov est décédé, et le 14 février 2007 son poste a été occupé par Gourbangouly Berdimoukhammedov, qui est le président en exercice du pays.

Époque de Turkmenbachi le Grand.
Saparmourat Niyazov est devenu le premier président à vie et le président le plus inoubliable du Turkménistan. Pendant 16 ans, de jour en jour, il prouvait infatigablement au peuple qu"il était le chef de tous les Turkmènes et faisait chaque habitant du pays se souvenir de ce fait . Il a créé un culte de la personnalité, qui, probablement, n"existait jamais avant lui. Cet homme a fermé son pays des yeux étrangers, se guidant de la politique de neutralité absolue, et pour cette raison le monde n"avait pratiquement aucune information sur la vie à l"intérieur du pays. Et c"est seulement après sa mort que nous pouvons voir tout ce que Turkmenbachi le Grand a créé au cours de son règne.

Niyazov était le seul auteur de toutes les "réformes" et innovations qui se réalisaient dans le pays, et ses souhaits étaient la loi pour tous.
Certains faits de l"histoire du règne.
Le 22 octobre 1993, en vertu de la décision du Médjlis (parlement) S. Niyazov a reçu le titre "Turkmenbachi" que signifie "le chef de tous les Turkmènes du monde".
En 1994 - 1995 on discutait la question de la transformation du Turkménistan en un Etat chah et la proclamation de Niyazov le chah. Cependant, cette idée n"a pas été approuvée par tous les anciens de divers clans du Turkménistan et des pays voisins. Il y avait aussi un problème avec l"héritier possible - le fils de Niyazov, et l"idée a été était rejetée.
Aujourd"hui au Turkménistan il y a énormement de rues, d"écoles, d"usines et des kolkhozes, qui portent le nom de Turkmenbachi. L"ancienne ville de Krasnovodsk s"appelle maintenant Turkmenbachi, et le plus haut sommet de la Turkménie - pic Ayribaba est actuellement le pic Turkmenbachi le Grand.
Plus de 14 mille statues et bustes de Niyazov sont installés sur le territoire du pays. Il y a quelques statues d"or. Quant à ses images et portraits, il sont innombrables. On les trouve partout, même dans les mosquées. Cependant, après sa mort le président en exercice G.Berdimoukhammedov fait son possible pour limiter la "présence" de Turkmenbachi.
Turkmenbachi a écrit le livre "Roukhnama", qui est devenu le code de vie de tous les Turkmènes. La connaissance de Roukhnama était obligatoire pour chaque habitant du Turkménistan sous Niyazov. Mais quand Berdimoukhammedov est devenu président, Roukhnama a été interdite, et maintenant les habitants du Turkménistan sont obligés d"acheter le livre du nouveau président "Vers les nouvelles hauteurs du progrès". On a organisé une confiscation de Roukhnama et d"autres œuvres de Niyazov.
Niyazov a fermé l"Académie des Sciences du Turkménistan. Depuis 1998 aucuns titres universitaires n"était attribués.
Nouveaux monuments architecturaux.
Durant le règne de Turkmenbachi on a construit à Achkhabad l"immense palais des mariages "Bagt kochgui" ("Palais du bonheur"), portant le nom de Gourbansoltan-edjé (la mère de Turkmenbachi); le soi-disant Arc de Neutralité, couronné par la statue dorée de Niyazov qui tourne pour regarder toujours le soleil. Ce monument se dresse encore au centre d"Achkhabad, mais sera bientôt transféré à la périphérie de la ville. Non loin du mausolée de la famille Niyazov, Turkmenbachi a fait construire la plus grande mosquée de l"Asie Centrale "Turkmenbachi Roukhi", qui a coûté 100 millions de dollars. Dans la capitale on a construit nombre de palais et fontaines. Au centre de la ville, sur la place de l"Indépendance se situent deux palais immenses - le Palais du Président et le Palais de la spiritualité de Turkmenbachi. À Achkhabad se trouve aussi le Palais de la Presse, construit pour 17 millions de dollars. Tous les monuments officiels sont faits exceptionnellement du marbre blanc.

Après l"arrivée au pouvoir du nouveau président toutes les innovations et réformes de Niyazov ont été abrogées entièrement ou partiellement, les symbols du culte de sa personnalité sont de moins en moins nombreux dans la politique intérieure, et le Turkménistan fait de plus en plus de tentatives de se transformer d"un pays neutre en une partie de la communauté mondiale.


© La paternite de ce materiel appartient a la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce materiel sans autorisation de l’auteur est interdite.

en haut


     	

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE