Turkménistan


La Turkménie est un pays de l’Orient, mystérieux et inconnu. On peut la comparer avec une belle orientale, qui, suivant la tradition et les principes de morale n’a pas le droit de montrer son visage à tous ceux qu’elle voit ou ceux qui voudraient la voir. Son apparence est la silhouette de la femme en hijab, et pratiquement personne ne connait son monde intérieur. Cependant, dans le cas où l"homme a des intentions exceptionnellement nobles et sérieuses à son égard, cette belle peut s"ouvrir devant lui et montrer toute cette beauté, qui était cachée des yeux.

Cette comparaison du pays avec une femme n’est pas fortuite. On peut dire la même chose sur la politique du Turkménistan. Son gouvernement n’aspire pas à publiciser la vie à l"intérieur du pays et, en principe, développer des relations de politique extérieure. Mais malgré ces particularité, l’Etat réserver un accueil hospitalier aux touristes, il existe ici nombre d’hôtels du style européen, attirants pour les visiteurs de différents pays du monde qui arrivent tous les jours.

Le Turkménistan d’aujourd’hui n’est pas uniquement le pays des sables du fameux Karakoum, d’une nature charmante, d’un règne végétal et animal abondant et des paysages incomparables, mais aussi l’un des premiers pays où la civilisation est apparue. De nombreuses recherches et fouilles archéologiques ont prouvé, que les gens havitaient le territoire de Turkménistan il y a 3 millions ans! À l’âge néolithique les gens primitifs pratiquaient activement l’agriculture au Sud et l’élevage et la pêche au Nord.

Au cours de son histoire la terre turkmène faisait partie de plusieurs localités et Etats, qui se formaient ici, ainsi que servait des dizaines de fois du champ de batailles sanglantes durant les guerres intestines, de conquête et défensives. Dans le temps, le Turkménistan faisait partie de grands empires, tels que la Perse et l’empire d’Alexandre le Grand, qui, malgré leur puissance et les personnalités de leurs souverains, n’étaient pas viables. Rien n"est éternel dans cette vie: ces empires ont disparu à jamais et ne sont maintenant qu’une partie de l’histoire inoubliable du monde, que nous respectons et admirons. Et heureusement, notre passé ne nous fait pas avoir honte.

À propos, il est à noter, que l’une des curiosités importantes de Turkménistan est son infini rivage sablonneux, qui était autrefois recouvert d’eau. C’est le désert Karakoum. Les savants supposent, que la mer Caspienne était jadis beaucoup plus large que maintenant, mais ensuite une partie de ses eaux a disparu et était remplacée par les sables. Une autre curiosité importante de la Turkménie est le littoral de la mer Caspienne. On trouve ici tellement de monuments historiques, qu’on commence à réfléchir à l’éternité et à l’implacabilité du temps. Ce sont des vestiges des civilisations et villes anciennes: Merv, la mosquée Talkhatan-Baba, les ruines de la ville Amoul (connue depuis les temps du royaume Parthe), la maison sousterraine à Takhta-Bazar et beaucoup d’autres. Les Turkmènes eux-mêmes disent, que leur terre est sacrée comme l’âtre turkmène, propre comme la conscience du Turkmène, grande comme sa fierté et forte comme sa foi. Et tout cela est le Turkménistan.

Organisation politique.
La République de Turkménistan est un Etat unitaire à régime présidentiel.

Régime étatique.
Le Turkménistan proclama sa souveraineté le 27 octobre 1991, après un referendum national. Le 12 décembre 1995, les 185 pays du monde ont unanimement adopté la Résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU “La neutralité permanente de Turkménistan”.
La Constitution, adoptée le 18 mai 1992 est la loi fondamentale de l’Etat: ses normes et dispositions ont une action directe. Conformément à la Constitution, le Turkménistan est un Etat démocratique, de droit, laïque, qui possède de toute plénitude du pouvoir sur son territoire, mène indépendamment sa politique intérieure et extérieure. La forme de l’Etat est la république présidentielle.

L’Etat en Turkménistan se fonde sur le principe de la séparation des pouvoirs - législatif, exécutif et judiciaire. Le dirigeant suprême du Turkménistan, le chef d"Etat et du pouvoir exécutif est le Président de Turkménistan.

Président du Turkménistan.
Le Président est à la tête du Cabinet des Ministres - gouvernement de Turkménistan. Il est le Chef Suprême des Armées, il nomme les ambassadeurs et hauts fonctionnaires du pouvoir exécutif, y compris les chefs des ministères et administrations. Avec l"accord du Mejlis (Parlement) il désigne et révoque le président de la Cour Suprême, le président de la Cour économique Suprême, le Procureur général. La Constitution du Turkménistan réserve au Président le droit de convocation des sessions extraordinaires du Médjlis, le droit de grâce et d’amnistie. Le Président est élu au scrutin direct secret pour un délai de cinq ans.
Saparmourat Niyazov était le premier président à vie du Turkménistan souverain.
S. Niyazov se trouva parmi les présidents les plus éminents et extraordinaires du monde et c’est pourquoi il mérite une attention spéciale. Le 27 octobre 1990, par une votation populaire, le secrétaire du Comité Central du Parti communiste S. Niyazov a été élu le premier président de la République de Turkménistan. Le 22 octobre 1993, selon la décision du parlement turkmène - Médjlis - S. Niyazov a reçu le titre officiel "Turkménbachi" ce qui veut dire "le chef de tous les Turkmènes". Plus tard, Niyazov s"appela "Le Grand Turkménbachi". En 1999 la décision a été prise de proclamer S. Niyazov le président à vie, et en 2002 il a déclaré que l"an 2010 serait le dernier dans ses activités présidentielles. Mais… l"homme propose et Dieu dispose: le 21 décembre 2006 "Le Grand Turkménbachi" est décédé du collapsus cardiaque au grand regret de tous les Turkmènes. Saparmourat Niyazov laissa une trace profonde dans l’histoire de son pays. Au cours de seize années il restait son dirigeant permanent; il a tout fait, pour devenir non seulement le président, mais aussi le chef, le dirigeant et pratiquement Dieu pour son peuple. On peut mentionner son livre “Roukhnama”, qu’il exalta comme le Coran; personne ne pouvait recevoir même le permis de conduire sans savoir le contenu de cette “Bible” turkmène. Les exemples du culte de la personnalité et des singularités individuelles du glorieux Saparmourat Turkménbachi sont innombrables. Le changement des noms des mois et des jourrs de la semaine, la constitution de toutes sortes de fête, dont une consacrée à “Roukhnama”, la construction d’un grand nombre de monuments et bustes de sa personne – on les compte plus de 14 mille. Une attention spéciale attire sa statue de 14 mètres de haut à Achkhabad, qui tourne sur elle-même en suivant le mouvement du soleil Cette liste d’innovations de Niyazov, qui était vénéré par les Turkmènes plus que leurs propres vies, est loin d’être complète.

Mais, comme on l’a déjà dit, rien n"était éternel. L’époque de Niyazov a pris fin. En 2007 le vice premier-ministre Gourbangouly Berdimoukhammedov devient président du Turkménistan. Actuellement, le nouveau président supprime petit à petit les manifestations du culte de la personnalité de son prédécesseur et fait son possible pour transformer le Turkménistan en un pays relativement développé, qui pourrait occuper une place digne sur l’arène mondiale.

Parlement.
Le Médjlis (Parlement) est un organe législatif permanent, qui se compose de 125 députés. Les députés du Médjlis sont élus à base du droit électoral général, égal et direct au scrutin secret. La durée du mandat des députés du Médjlis - 5 ans. Le travail du Médjlis s’effectue sous forme des sessions, ainsi que des séances du Présidium du Médjlis, ses comités et commissions. Deux fois par an le Médjlis se réunie pour ses sessions de printemps et d’automne. Son travail consiste en adoption des lois, adoption et modification de la Constitution.

Symbols d’Etat.
Les symbols d’Etat de la République Turkmène sont le drapeau, les armoiries et le hymne.

Drapeau.

Le drapeau du Turkménistan a été adopté le 19 février 1992, c’est une toile rectangulaire de couleur verte avec une bande rouge verticale dans sa partie gauche, dont la largeur est le sixième de la longueur du drapeau; la bande porte cinq motifs de tapis nationaux (guel), encadrés chacun par des elements decoratifs de tapis. Au bas de la bande rouge sont representés deux rameaux d"olivier entrecroisés qui forment un ensemble avec les motifs de tapis et symbolisent la neutralité permanente du Turkménistan. Chaque rameau d’olivier se compose de dix feuilles situées par deux. Dans le coin superieur gauche du champ vert principal se trouvent un croissant et cinq étoiles à cinq branches de couleur blanche.
Cinq motifs de tapis nationaux représentent aussi les velayats. Les motifs de tapis ont une signification philosophique profonde. Le mot “guel” lui-même peut être compris différement: soit “goul” (la fleur), soit “kel” (le lac). Les dimensions de tous les guels correspondent à la proportion divine, 21 sur 34. Le 19 février est le jour du drapeau national de la Turkménie.

Emblème.


L’emblème d’Etat du Turkménistan a été adopté le 15 août 2003, il est composé d"une étoile à huit branches de couleur verte aux bords dorés, qui contient deux cercles concentriques de couleurs bleue et rouge, séparés par des bandes dorées d"egale largeur. Le cercle rouge est entouré d’éléments principaux de la richesse nationale et des symbols de l’Etat:

• dans la partie inférieure – sept capsules ouvertes du coton blanc aux feuilles vertes;
• dans la partie moyenne – des épis de blé dorées, deux épies de chaque côté;
• dans la partie supérieure - un croissant et cinq étoiles à cinq branches de couleur blanche.
Le cercle rouge, qui est deux fois plus grand que le cercle bleu, représentent cinq grands motifs de tapis (dans le sens des aiguilles d"une montre): tekke, salyr, ersary, chowdur, yomut qui symbolisent l’amitié et l’unité du peuple Turkmène. Dans le cercle bleu on peut voir Yanardag – le cheval Akhal-Teke, l’orgueil des Turkmènes.

Langue d’Etat.
La langue d’Etat de la République de Turkménistan est la langue Turkmène. L’article 14 de la Constitution dit: La langue d’Etat de la République de Turkménistan est la langue Turkmène. Le droit de se servir de sa langue maternelle est garanti à chaque citoyen du Turkménistan.

La langue Turkmène est proche du Turc et d’Azerbaïdjanais. Sauf les Turkmènes qui habitent le territoire du Turkménistan, elle est parlée par les Turkmènes, qui habitent le nord-ouest d’Afghanistan et le nord-est d’Iran.

Monnaie nationale.
En vertu de la Loi du Turkménistan “Sur la monnaie nationale du Turkménistan”, la monnaie nationale est manat, égal à 100 tengués. Le manat a été mis en circulation comme monnaie officielle en novembre 1993. Le manat est le seul moyen de payement légal sur le territoire du Turkménistan. La circulation d’autres devises sur le territoire du Turkménistan est réglée par les actes législatifs de Turkménistan et les actes réglementaires de la Banque Centrale de Turkménistan.

Les banques du Turkménistan, ainsi que d’autres agents économiques sont obligés d’accepter les billets et les pièces de monnaie de Turkménistan sans limitations. La valeur nominale, le poids, l’effigie et autres caractéristiques des billets et pièces de monnaie, constituant le moyen de payement au Turkménistan, sont établis par la Banque Centrale de Turkménistan.

Le 1 janvier 2009 les nouveaux billets ont été mis en circulation. 1 nouveau manat correspond à 5000 anciens manats, et le dollar US est égal à 2 manats 85 tengués. Depuis le 1 janvier 2010 on va mettre en circulation de nouvelles pièces de monnaie avec la valeur nominale 1 et 2 manat, frappées par la Monnaie royale de la Grande-Bretagne.

Le 1 novembre la Banque centrale de Turkménistan présenta les nouvelles pièces de monnaie bimétalliques, qui se composent de plusieurs métaux – le laiton, le nickel et le cuivre.

Organisation administrative.


Le Turkménistan se subdivise en cinq velayats (provinces), chaque velayat ayant son centre administratif: velayat d’Akhal (Roukhabad), velayat de Balkan (Balkanabad), velayat de Dachogouz (Dachogouz), velayat de Lebab (Turkménabad), velayat de Mary (Mary) et la ville Achkhabad.
Capitale.
La capitale de Turkménistan - Achkhabad.

Situation géographique.
Le Turkménistan confine au Kazakhstan au nord, à l’Ouzbékistan au nord et à l’est, à l’Afghanistan au sud. À l’ouest il se baigne par la mer Caspienne. La plupart du territoire de Turkménistan se situe dans les limites de la basse contrée de Turan. Le désert Karakoum (“sables noirs”) occupe la partie moyenne de la république. À l’ouest les déserts pierreux prédominent, à l’est - les déserts sablonneux. Au sud se situent les montagnes et élévations. Seulement 3% de la superficie de Turkménistan sont cultivables. Le sud du pays est occupé par le système montagneux Kopetdag (le point culminant – la montagne Rizé, 2942 m). Sa continuation vers le nord-est sont les montagnes peu élevées Petit Balkhan (jusqu’à 777 m) et Grand Balkhan (la montagne Arlan, 1881 m). Au nord du Kopetdag s’étend un pédiment qui se transforme à l’ouest en basse contrée du littoral de la mer Caspienne. Non loin du bord de la mer se situe le petit plateau de Krasnovodsk (jusqu’à 308 m). Au nord-ouest sur le territoire turkmène se trouve l’extrémité sud du plateau Oustiurt qui atteint 400–460 m. Au sud du pays se situent les élévations Badkhiz et Karabil avec les points culminants 1267 et 984 m respectivement. Ce sont les contreforts Paropamiz, qui sur le territoire afghan. Au sud-est se dressent les montagnes Kouguitangtaou avec le point culminant de Turkménistan, la montagne Ayribaba (3139 m).

Climat.
Le climat de Turkménistan est continental, sec, avec une chute de température importante, peu de précipitations et une capacité d"évaporation élevée. D’habitude, l’été est chaud et sec, la température moyenne du mois de juillet est 28–32°С. L’hiver est clément, avec peu de neige, mais pourtant les chutes de neige arrivent et la température peut baisser jusqu"à
–20°С. La température moyenne du mois de janvier oscille entre –5°С au nord-est du pays et +4°С au sud. Une particularité du climat local est le vent du nord presque permanent, qui apporte l’air froid des steppes du Kazakhstan en hiver et l’air chaud des pentes montagneuses qui provoque des tempêtes du désert et des vents secs en été. Les meilleures périodes pour la visite du Turkménistan sont le printemps (d’avril au juin) et l’automne (septembre-novembre).

Ressources en eau.
Pratiquement tout le territoire du Turkménistan, à l"exception de l’extrémité sud-est et sud-ouest, n’a pas d’écoulement de surface permanent. Le plus grand fleuve Amudarya, alimenté par les neiges et glaces des montagnes du Pamir, pénètre au Turkménistan dans son cours moyen. À partir de ce fleuve vers l’ouest on a construit le canal de Karakoum (qui porte actuellement le nom de Turkménbachi) d’une longueur de plus de 1000 km. En dehors du fleuve, il est alimenté par la nappe phréatique. Au sud du pays les trois grands fleuves – Murgab, Tedjen et Atrek – s’alimentent dans les montagnes de Paropamiz et Kopetdag (en Afghanistan et Iran). Nombre de petites rivières coulent du Kopetdag et d’autres montagnes de hauteur moyenne. Au printemps le niveau d’eau dans les fleuves et rivières est le plus élevé, certaines années ont été marquées par de grandes crues. En été, plusieures rivières baissent et se dessèchent. Même Tedjen et Mourgab dans leurs cours inférieurs restent sans eau. D’habitude, les rivières se terminent par les “éventails d’irrigation” – petits bras et canaux artificiels, par lesquels l’eau passe vers les champs irrigués. La cause principale de la petite profondeur des rivières est la prise d"eau excessive, mais une quantité considérable d’eau s"infiltre dans la nappe phréatique et s"évapore. De nombreuses oasis se situent le long des fleuves et canaux.

Population.
La population du Turkménistan est 5,2 million d’habitants. L’accroissement de la population est assez important. Cela ne s’explique pas par la migration des gens d’autres pays, ce qui est typique pour l’Europe, mais par un solde naturel. Depuis le début des années 90 la population du Turkménistan augmenta pour plus de 500 mille. Autrefois, le taux d’accroissement de la population était assez élevé, environ 4,2% par en. Mais vers 2000 cet indice baissa jusqu"à 1,58%. Ce fait s’explique par la croissance d’immigration de la population russophone. Ainsi, vers 2000 plus de 250 mille Russes ethniques ont quitté le Turkménistan, ayant réduit le taux de la population russophone de 13% en 1990 à 4,4% en 2000. En 2002 le taux de Russes ethnique a fait 3,5%. L’ethnie principale du Turkménistan sont les Turkmènes, qui constituent 91% de la страны du pays, 3% sont les Ouzbeks et 2% - les Russes. En général, la population du pays compte les représentants de plus de quarante ethnies. Le taux d’instruction élémentaire fait 98%.
L’enseignement dans les écoles d"enseignement général se fait en langue Turkmène.
Dans la vallée du fleuve Amudarya, à proximité de la frontière avec l’Ouzbékistan, existe une communauté Ouzbèke assez importante. Les Kazakhs habitent principalement au nord du pays et sur le littoral de la mer Caspienne. Ces deux peuples proviennent d’autres groupes de peuples turcs et leurs langues se diffèrent beaucoup du Turkmène.

Religion.
Les Turkmènes pratique l’Islam sunnite. La résidence des musulmans turkmène – Kazi – est dans la ville de Tchardjev. On trouve en Turkménistan quelques reliques musulmanes, qui sont les objets de pèlerinage. Ce sont le plus souvent des cimetières et sépultures musulmans du Moyen âge. Les plus vénérés parmi eux sont Ag-Ichan près de Bakharden au nord-ouest d’Achkhabad, deux bâtiments de culte Babagammar (Gammarbaba) près d’Iolotan et Kouchka, le mausolée Serakhsbaba, construit au-dessus du tombeau du cheikh Aboul-Fazl près de Serakhs. Mais même après la proclamation de l’indépendance le gouvernement du Turkménistan tâche de contrôler la propagation de l’Islam, bien que officiellement il s’affirme pour la liberté de conscience.

Fuseau horaire.
UTC +5.

Domaine Internet.
.tm

Code téléphonique.
+993


© La paternité de ce matériel appartient à la compagnie «Central Asia Travel».
Toute reproduction et utilisation de ce matériel sans autorisation de l’auteur est interdite.

en haut


     	

RÉSERVER LE CIRCUIT

×

Nom du circuit *

Nom et prénoms*

Nationalité

N de téléphone

Skype  

E-Mail * 

Nombre de
participants: 

Types d’hébergement:



Comment vous contacter:

Commentaires, suggestions en fonction du programme:



Envoyer à l'ami

×




RECHERCHE SUR LE SITE

QUOI DE NEUF SUR LE SITE